Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Brésil

La Ministre Matilde Ribeiro soutient la mobilisation en faveur du Statut Racial

Brasília – La ministre Matilde Ribeiro du Secrétariat Spécial des Politiques de Promotion de l’Égalité Raciale (Seppir), s’est dite favorable à la mobilisation de la société pour la défense du Statut de l’Égalité Raciale et du Projet de Loi 73/99, enclenchée par des organisations telles que Educafro, le Mouvement Brasil Afirmativo (Brésil Affirmatif) et l’Institut du Noir Padre Batista, qui ont créé le Forum SP de l’Égalité Raciale.


Matilde Ribeiro, Ministre du Seppir
Matilde Ribeiro, Ministre du Seppir
Ces organisations veulent mettre la pression sur les députés pour emmener ces derniers à voter le Statut et le Projet de Loi qui crée de reserves de places pour les étudiants venant de l’école publique et des quotas pour les noirs et les indigènes, proportionnellement à la présence de ces communautés dans la population de chaque État. Pour ce faire, elles présenteront en août prochain 100 000 signatures aux présidents de l’Assemblée et du Sénat.


"Nous sommes favorables au texte du Statut de l’Égalité Raciale et nous estimons, compte tenu de la grande consultation nationale et des débats au sein de la société qu’il s’agit d’un instument essentiel pour la garantie de la démocratie dans le pays. Le racisme au Brésil a empêché et continue de conditionner les possibilités de progrès de la population noire , en la privant d’opportunités, de droits et de mobilité sociale. Nous manifestons notre soutien à cette initiative, dans les espaces publics et privés, car nous sommes convaincus de son impact positif pour toute la nation brésilienne”, a affirmé Matilde.

La manifestation de la ministre intervient à un moment ou le silence du Seppir(qu’elle dirige) au sujet du Statut fait grandir les rumeurs selon lesquelles le gouvernement serait en train de préparer une sortie de la politique de défense des quotas sociaux – une stratégie visant à ne pas déplaire aux secteurs opposés aux politiques d’action affirmative dans le pays.

Selon Matilde, même s’il n’est pas encore approuvé par le Parlement, la force du débat entamé au cours de la dernière décennie sur le Statut est à l’origine de changements significatifs “comme une présence des noires – encore timide - mais fréquente dans les spots publicitaires et dans la dramaturgie télévisuelle.”

“En fait, nous avons beaucoup de travail à faire jusqu’à ce qu’on arrive à une participation équivalente des groupes ethniques et raciaux qui composent le pays , mais nous devons néanmoins reconnaitre les quelques contriubutions du Statut de l’Égalité Raciale en tant que coaliseur des demandes et de solutions élaborées avec le Mouvement Noir ”, a-t-elle affirmé.

Matilde a loué l’initiative de la société civile organisée pour réactiver la mobilisation en faveur de l’approbation du projet. “C’est une constante du Mouvement Noir de faire valoir la raison de son existence, c’est-à-dire, la lutte contre la racisme, contre toutes les formes de discrimination et la réalisation des droits constitutionnels. Le Seppir agit pour que le projet soit mis à l'ordre du jour (à l'Assemblée), car il comprend qu'il s'agit d'un mécanisme supplémentaire de combat contre le racisme, la discrimination et le préjugé racial au Brésil, qui renforcerait ainsi le travail effectué par le Secrétariat ", conclue-t-elle.


Traduit du Portugais par Guy Everard Mbarga

http://www.afropress.com/noticias_2.asp?id=1226


Guy Mbarga
Rédigé le Lundi 9 Juillet 2007 à 15:36 | Lu 1621 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Mardi 16 Juin 2020 - 21:41 Somos Cultura de Resistencia

Mardi 16 Juin 2020 - 21:34 EL QAFF tiene rostro de mujer

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter