Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Boubacar Sidibé

DOU « La Famille » Mali 2003

Né le 16 octobre 1953, Boubacar Sidibé est l'un des rares réalisateurs maliens à mettre une série de films documentaires, courts et longs à la disposition des passionnés du film africain. Caméraman entre 1983 et 1991 de dizaines de films documentaires et magazines sur les activités du Chef de l'Etat du Mali en France, Japon, Koweït, Sénégal Depuis 1996, Producteur et Réalisateur de NIANGARAN, une série mensuelle de documentaire d'enquête à la Télévision du Mali.


Boubacar Sidibé
Boubacar Sidibé
SYNOPSIS
"DOU" est une série qui décrit de manière caricaturale l'univers et la vie d'une famille polygame installée à Bamako. L'histoire est bâtie sur l'interconnexion de cette famille et la société. Le décor est une famille moyenne avec ses difficultés et ses atouts à Bamako.
Elle donne le point de vue de "l'intérieur" des membres de la famille à travers des histoires comportant de vrais enjeux dramatiques, mais aussi aux travers de leurs rêves, leurs préoccupations et leurs soucis quotidiens.
Comme dans beaucoup de familles polygames, les querelles et les disputes fréquentes entre les coépouses font que le mari se trouve dans des situations inconfortables puisqu'il doit choisir et donner raison à une partie. Un autre pivot de la série concerne le goût du risque, la tricherie, la corruption entre certains commerçants et des politiciens ou agents de l'administration, véritables fossoyeurs de l'économie du pays.

Scénario : Boubacar Sidibé
Durée : 30 X 26 minutes (1ère saison : 15 x 26mins)
Genre : fiction
Interprètes : Rodrigue Ouatara (John), Gustave Sorgho (Colonel Tank) Ramata Cisse (Stella), Oumou Ouédraogo (Afi), Moussa Ouedraogo (Sergent Kalach Toé), Stanislas A Sore (Capitaine Serges), Saturin Milla (Zogo), Heba Damant (Hamed)
Thème : famille, polygamie, société, femme
Montage : Harber Traoré
Photo : Abdrahamane Somé
Son : Bakary Sangaré
Producteurs : Brico Films, Centre National de Production Cinématographique (CNPC), Sarama Films
Financement : Fonds Sud Télévision (MAE), OIF (commission TV), CFI
Langue : VO français
Musiques : Mahamade Tandina


WILFRID MASSAMBA
Rédigé le Jeudi 17 Avril 2014 à 18:24 | Lu 617 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Vendredi 26 Mars 2021 - 19:59 Fiston MAKETA

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter