Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Black Panther

Le premier super-héros africain sort de l'ombre

Le dernier film des studios Marvel, "Avengers : l’ère d'Ultron", dévoile des indices sur l'univers de Black Panther.


Chadwick Boseman as black panther
Chadwick Boseman as black panther
Bien moins connu que Captain America ou Spider Man, Black Panther va avoir droit en 2017 à son propre film. Longtemps envisagé par la filiale de Disney, il sortira en plein cœur de la "Phase 3" qui comprendra neuf films entre 2016 et 2019. Stan Lee, du haut de ses 91 ans, a annoncé la couleur en octobre dernier en déclarant : "Tous les super-héros finiront par avoir leur film. Les studios Marvel travaillent déjà sur Ant-Man, Doctor Strange, Black Panther et d'autres personnages dont je ne peux parler." L'acteur Chadwick Boseman, qui a joué James Brown dans le biopic Get On Up, a révélé avoir signé pour ce rôle dans cinq films. Il y a fort à parier qu'il apparaîtra dans Captain America: Civil War prévu en 2016, puis dans Avengers: Infinity War, dont les deux parties sortiront en 2018 et 2019.

T'Challa, le vrai nom de Black Panther

Créé en 1966 par Jack Kirby et Stan Lee en plein mouvement afro-américain pour les droits civiques, quelques mois avant la création du Black Panther Party à Oakland en Californie, il porte également le surnom d'un bataillon de chars composés uniquement de soldats afro-américains qui s'est distingué lors de la Seconde Guerre mondiale. Black Panther, de son vrai nom T'Challa, gouverne le Wakanda, un royaume africain imaginaire. C'est un double que Marvel oppose au Batman de l'éditeur DC Comics : comme Bruce Wayne, ce milliardaire diplômé d'Oxford affectionne l'obscurité et possède des aptitudes physiques et intellectuelles surhumaines.

Premier super-héros africain
Il est le premier super-héros africain de l'histoire à la différence des suivants qui seront afro-américains, comme Faucon en 1969, Luke Cage en 1972 ou plus récemment Miles Morales, le nouveau Spider-Man en 2011. Il apparaîtra au côté des Quatre Fantastiques, et épousera même la première super-héroïne noire du groupe X-Men, Tornade, originaire du Kenya. Avec Black Panther, Stan Lee a offert à ses lecteurs une Afrique aux antipodes des clichés. Le Wakanda est en effet un des pays les plus avancés grâce à un minerai rare, le vibranium dont est constitué le bouclier de Captain America, et aux technologies de pointe.

Une mystérieuse femme noire dans une grotte
Comme à leur habitude, les studios Marvel ont laissé filtrer des informations sur l'univers du héros dans une des bandes-annonces du prochain Avengers : l’ère d'Ultron. À la 33e seconde de la deuxième bande-annonce, une mystérieuse femme noire se dévêt dans une grotte. Est-ce Shuri, sa jeune sœur, ou bien un membre des Dora Miljae, les gardes du corps féminines de T'Challa ? Les hypothèses fleurissent sur les sites spécialisés. De même, à la 54e seconde, l'acteur Andy Serkis, qui a joué le rôle de Gollum, interpréterait Ulysses Klaw, la némésis de Black Panther qui a tué leur père. Ce spécialiste du vibranium pourrait bien intéresser le robot Ultron qui finit par en être recouvert... Réponse à partir du 22 avril, jour de la sortie d'Avengers : l’ère d'Ultron en France, soit quatre jours avant les États unis.

Source lepoint.fr

Par Roger Maveau
Rédigé le Mardi 31 Mars 2015 à 09:33 | Lu 4002 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 24 Janvier 2018 - 02:16 « L’Afrique, futur royaume de l’innovation ? »

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter