Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Black Nate Debiase

i make music for everybody



blacknate debiase begin music since age 13 begin playing in a band in high school not only that but father was a musician for 20 years and he played the blues. Nate begin seriously rappin at the age 17 and dropped first album in 1994 titled recognize me selling 10,000 units then dropped another album titled rezzurection selling thousands in 1998 releasing third solo project titled natrix in 2000 selling 7000 units then realeasing the debiase album in 2005 selling over 16,000 units now releasing his 5th solo album titled time 2 eat scheduled for late 2006 or early 2007 will be an album that the world dont want to miss out on produced by atlanta producer sweet p for rich dreams music and black nate debiase ceo of record lable unstoppable starr clubb ent.
this album has alot of heat on it and will sellenormous amount of units


Source : http://cdbaby.com/cd/blacknatedebiase

austin
Rédigé le Lundi 24 Mars 2008 à 20:04 | Lu 3828 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Lundi 28 Mars 2016 - 12:05 Le jazz éthiopien ne meurt jamais

Mardi 11 Août 2015 - 17:19 "Tombouctou" le nouveau clip d'Inna Modja

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter