Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Bessie Smith

The Empress of the Blues

Bessie Smith voit le jour le 15 avril 1894 à Chattanooga (Tennessee). Sa famille est pauvre et elle est dès l'âge de huit ans orpheline, élevée par sa sœur aînée Viola. Contrainte de gagner quelques sous afin de nourrir ses six frères et sœurs en chantant dans les rues de sa ville.


Bessie Smith
Bessie Smith
C'est en 1912, et donc à l'adolescence, qu'elle rejoint les tournées organisées par la troupe des Rabbit Foot Minstrels, où elle rencontre Ma Gertrude et Pa William Rainey. La première elle-même chanteuse blues devient son amie, et son mentor, et forme la jeune fille jusqu'en 1915, lui apprenant moins à chanter qu'à se tenir sur scène. Toutefois, le directeur de la troupe l'engage avant tout comme danseuse, ayant fait le plein de chanteuses.

Smith est alors engagée au Paradise Cafe d'Atlantic City (New Jersey), puis rejoint ensuite le circuit des spectacles de vaudeville qui patrouillent tout l'état : dès 1920, son nom est devenu une référence incontournable du genre, et elle débute aux côtés de Sydney Bechet dans une comédie musicale qui fait les beaux jours de Broadway.

Le 7 juin 1923, de retour à Philadelphie, elle épouse un vigile, Jack Gee, avec lequel elle connaîtra des épousailles tortueuses. S'il est impressionné par les cachets de son artiste de femme, et s'arrange parfaitement avec ses propres conquêtes féminines, il supporte mal la bisexualité de son épouse. Bessie Smith ne demandera jamais le divorce, mais vivra jusqu'à la fin de sa vie avec un homme beaucoup plus compréhensif, en la Personne de Richard Morgan, oncle du vibraphoniste et chef d'orchestre de jazz Lionel Hampton.

Premiers triomphes

Bessie Smith Sings More Blues
Bessie Smith Sings More Blues
Elle fait alors l'une des rencontres décisives que tout artiste appelle de ses vœux, ici avec Frank Walker, directeur artistique chez Columbia : il croit en elle, assez pour Persuader ses propres patrons, en tout état de cause eux-mêmes convaincus de la nécessité de mettre sur le marché des disques plus spécifiquement destinés au public noir. C'est donc comme l'un des plus fameuses chanteuses de blues de son époque qu'en 1923 elle enregistre pour la première fois pour la firme (« Dowhearted Blues »). Elle est dès ces premières sessions accompagnée par le pianiste Clarence Williams, manager, entrepreneur, pianiste, et compositeur ès style Dixieland. Ce coup d'essai a toutes les apparences d'un maelström, se vendant à près de 750 000 exemplaires.

Bessie Smith met les années vingt à profit pour enregistrer en compagnie des plus grands noms de l'histoire du jazz, du saxophoniste Coleman Hawkins à l'arrangeur Don Redman, en passant par le chef d'orchestre et clarinettiste Benny Goodman, et le plus grand trompettiste de tous les temps, un Louis Armstrong avec qui elle grave un « St. Louis Blues » de référence. Elle se produit également dans les plus prestigieux des lieux de concerts, comme le new-yorkais Nest Club.
Elle produit plus d'une centaine de chansons pour son label originel en à peine une décennie, devenant l'artiste noire la Mieux rémunérée de l'époque. Exploit supplémentaire, la chanteuse de blues réalise l'exploit de ravir à parité les audiences blanches et noires. Mais la chanteuse a le plus grand mal à gérer l'ivresse de cette renommée et Fortune subites : les liaisons amoureuses se multiplient, et Bessie en gère le dépit dans l'alcool, et les dépenses somptuaires.

Néanmoins, elle assure une triomphale tournée en 1928 sur la côte ouest des États-Unis, et on peut la voir l'année suivante dans le court-métrage Saint Louis Blues (où elle interprète la chanson-titre, composée par W.C. Handy). Ce sera sa seule apparition à l'écran.
Malheureusement, la crise économique de 1929, et la dépression des années trente qui s'en suit, affectent irrémédiablement sa carrière, qui s'achève dans des spectacles de seconde zone. Son style académique est désormais passé de mode, et ne résiste pas aux nouvelles sonorités, générées par les émissions musicales radiophoniques, et le cinéma parlant. En 1932, elle travaille toutefois avec l'orchestre de Benny Carter,, puis retrouve son accompagnateur de toujours Clarence Williams, avec qui elle grave quelques faces l'année suivante.

C'est en 1934 qu'elle enregistre ses dernières chansons, sous la houlette de John Hammond (plus tard découvreur de Bob Dylan). La même année, la chanteuse participe à un dernier spectacle d'envergure, grâce à la revue musicale Hot in Harlem.
Toutefois, la chanteuse reste excessivement populaire, donnant de multiples concerts dans tous les états du sud des États-Unis. Smith décide alors d'évoluer vers un style plus swing, estimant que son salut passe par cette évolution. Mais le virage s'opère mal, et Bessie Smith est contrainte d'embrasser divers petits boulots pour survivre.

Le 26 septembre 1937, alors qu'elle est en tournée à Clarksdale (Mississipi), elle perd la vie dans un accident de voiture tandis que son éternel fiancée Richard Morgan est au volant. Alors que le véhicule tente de doubler un camion circulant à faible vitesse, Bessie Smith a le bras gauche arraché, et les côtes fracturées. L'hémorragie est fatale à la chanteuse, qui décède sans avoir repris connaissance. On a longtemps prétendu que Smith a saigné à mort devant les portes d'un établissement réservé aux blancs, et que son décès était donc la conséquence d'un refus d'hospitalisation dans une structure raciste de la ville.

Ses funérailles sont célébrées le 4 octobre à Philadelphie, et elle est inhumée au Mount Lawn Cemetery, à proximité de Sharon Hill (Pennsylvanie). Jusqu'en 1970, et à défaut d'avoir collecteé une somme suffisante, son caveau est resté vierge de toute pierre tombale. Mais cette année-là, une ancienne femme de ménage, et la chanteuse Janis Joplin, remédient à ce manque.
Elle reste immédiatement identifiable grâce à sa voix puissante, des interprétations dramatiques, et une articulation contrastée. Qu'elle ait enregistré en leader, ou en compagnie d'immenses solistes comme Fletcher Henderson, Jack Teagarden, ou Irving Johns, son empreinte vocale s'imprime profondément dans l'histoire de la musique populaire, comme une contribution essentielle.

Source Deezer Christian Larrède

Christian Larrède
Rédigé le Jeudi 10 Avril 2014 à 00:00 | Lu 3205 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Lundi 28 Mars 2016 - 12:05 Le jazz éthiopien ne meurt jamais

Mardi 11 Août 2015 - 17:19 "Tombouctou" le nouveau clip d'Inna Modja

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter