Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Bernard Dadié

Cent ans de négritude

Hommage à l’auteur ivoirien d’« Un Nègre à Paris », toujours bien vivant, et qui vient de fêter son siècle de combats littéraires et politiques.


Bernard Dadié © AFP/Sia Kambou
Bernard Dadié © AFP/Sia Kambou
Au Japon, il serait sans doute un trésor vivant. En Côte d’ivoire, son nom vient d’être donné à une rue d’Abidjan. Le poète, conteur, romancier et dramaturge ivoirien Bernard Dadié a eu cent ans.
Né en 1916 à Assinie, au sud-est de la Côte d’Ivoire, sa carrière littéraire a commencé très tôt. Sa première pièce, Les Villes, jouée par les élèves de l’Ecole primaire supérieure lors de la Fête de l’enfance à Abidjan en 1934, permet de considérer le jeune étudiant de 18 ans comme le premier dramaturge africain d’expression française. Ecrite à l’occasion du transfert de la capitale de Bingerville à Abidjan, Les Villes est un dialogue entre les deux anciennes capitales et la nouvelle. En 1937, sa deuxième pièce, Assémien Dehylé, roi du Sanwi est jouée à Paris au Théâtre des Champs-Elysées. On pourrait imaginer débuts plus obscurs et plus laborieux.

Vagabondages d’un faux naïf
Il faudra pourtant attendre trois décennies pour une nouvelle reconnaissance internationale et non des moindres. Quatre de ses pièces, Monsieur Thogo-Gnini, Béatrice du Congo, Les Voix dans le vent, Iles de tempête seront jouées à l’occasion de manifestations culturelles de grande envergure, au Théâtre des nations à Paris (aujourd’hui Théâtre de la Ville), au Festival panafricain d’Alger en 1969, au Festival d’Avignon en 1971 ou encore au Festival de la jeunesse francophone à Montréal en 1974.
Entre-temps, présent lors de la création de la revue Présence africaine en 1947, il a collaboré au premier numéro et privilégié la poésie avec un premier recueil, Afrique debout !, publié en 1950 par Pierre Seghers, dans lequel il dénonce l’oppression coloniale et suggère des lendemains plus… indépendants ; puis un deuxième recueil La Ronde des jours avec son poème demeuré célèbre, « Je vous remercie mon Dieu de m’avoir créé Noir »….

En 1956, Climbié voit le jour, un roman en large partie autobiographique, trois ans après son alter ego romanesque guinéen, L’Enfant noir, de Camara Laye. Il y retrace son enfance aux côtés de son père planteur et de son oncle, sa découverte de l’école, de la langue française et des méthodes brutales des enseignants, mais n’en oublie pas pour autant le plaisir des premières lectures. Puis la nouvelle retient son attention avec Les Jambes du fils de Dieu et Commandant Taureault et ses nègres… Autant de livres dont les extraits n’ont cessé depuis de figurer en bonne place dans les anthologies et manuels d’enseignement des collèges et lycées du continent africain.

Poète, romancier, nouvelliste, dramaturge, Bernard Dadié est aussi l’auteur d’une savoureuse trilogie (Un Nègre à Paris, Patron de New York, La Ville où nul ne meurt), des chroniques pleines d’humour rapportant les observations faussement naïves d’un jeune Africain confronté aux métropoles occidentales. Trois vagabondages et trois regards à la manière d’un ancestral « touriste persan ».

Avec « les mots de tous les jours »
Sans doute l’œuvre littéraire de Bernard Dadié aurait-elle été plus abondante encore s’il ne s’était aussi pleinement engagé dans le militantisme syndical et politique. Ses responsabilités au sein du Rassemblement démocratique africain (RDA) et du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) créé par Houphouët-Boigny, et ses articles et prises de position lui valant d’être condamné à la prison. Publiés sans retouche en 1981, ses Carnets de prison sont un témoignage brut sur les seize mois de son incarcération et les conditions réservées aux prisonniers par l’administration coloniale.

L’indépendance venue, il poursuit sa route politique et militante en occupant des fonctions administratives et politiques dans divers cabinets et ministères, en particulier celle de directeur des services de l’information, puis des affaires culturelles et, de 1977 à 1986, celle de ministre de la culture.

Si, plus récemment, certaines de ses prises de position en faveur de l’« ivoirité » ont légitimement suscité le débat, il convient de retenir de l’homme son combat pour les libertés, son enracinement local, lui qui n’a jamais quitté son pays, et la simplicité de l’œuvre de ce pionnier des lettres, récemment salué par l’Unesco pour « son action en faveur de la culture africaine ». Diffusés et disponibles pour l’essentiel en format de poche, étudiés et lus dans les pays francophones, ses livres constituent une œuvre accessible à tous, traduite dans de nombreuses langues, écrite « avec les mots amis, mots de tous les jours, mots de tous les hommes, mots intimes, mots fraternels ».

Source Le Monde Afrique

Bernard Magnier dirige la collection « Lettres africaines » aux éditions Actes Sud. Il est aussi conseiller littéraire au Tarmac, scène internationale francophone, à Paris, et programmateur du festival Littératures métisses d’Angoulême.

Par Bernard Magnier
Rédigé le Lundi 16 Janvier 2017 à 21:44 | Lu 2967 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 24 Janvier 2018 - 02:16 « L’Afrique, futur royaume de l’innovation ? »

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter