Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Basango vous invite à rentrer dans un fou rire!...et aprés du Slam

Vendredi, 12 octobre 2012, soirée de rire et de la musique à Basango à 21h avec les comédiens Nestor Mabiala, Titus Kosmas, la compagnie Tala-kuandi et le slameur Diofel.


Basango vous invite à rentrer dans un fou rire!...et aprés du Slam
Á l’occasion de la célébration de la 5eme édition du Festival International du Rire TuSeo qui aura lieu du 22 au 27 octobre 2012 à Brazzaville, Basango reçoit en avant-première les humoristes pour une soirée de fou rire et de musique avec le slameur Diofel.

La culture as une infinité de visages et le sourire et l’humour, dont la parole et le gestuel sont indispensables, en font partie.  Les coutumes et les traditions africaines se transmettent par l’expression orale. Ce sont les petites histoires de la vie de tous les jours celles qui touchent vraiment la majorité de la population. Et qu’est ce qu’il n’y a de mieux que rire pour affronter les plus dures situations de la vie?.

Basango vous invite à rentrer dans un fou rire!...et aprés du Slam
Diofel c’est…
 
Une sûre et suave, un slameur dont le talent s’est forgé au fil de rencontres et d’expériences glanées ça et là.
Auteur et interprète depuis l’âge de 12 ans, ce poète originaire du Congo-Brazzaville a fait ses débuts en chanson. Cependant le constat est vite fait «il parle plus qu’il ne chante» et c’est dans le slam qu’il parvient à fédérer parole et musique avec une touche personnelle qui allie l’émotion à la technique.
 
A Dakar, au Sénégal il réalise ses premiers pas dans le slam en 2007 à travers le concept Musiques et poésie slam en compagnie de Sadrak, membre groupe de rap Négrissim. Deux ans plus tard il donnera naissance au Vendredi slam, un évènement incontournable de l’univers culturel sénégalais d’où nait le collectif éponyme avec lequel il organise les deux premières éditions du festival La grande nuit du slam (2010,2011), ainsi que des ateliers de poésie slam et des cafés littéraires.
Parallèlement une carrière solo prend forme et s’en suivent des prestations au Festival Festa 2H (2009, 2010), aux 72 heures du hip hop (2010,2011), à l’évènement Sénégal-Haïti (2010), aux journées de la Francophonie (2008, 2009, 2010), au festival Banlieue rythme (2010), au festival de mode itinérant le sourire du cœur (2011), au festival mondial des arts nègres (2010), au Festival lillois LMAP (2011)...
À travers ces évènements, Diofel communique sa joie de vivre grâce à des mots passe-partout qui révèlent un amour de la fête, de l’art et de la vie.
 
De la plume à la scène qui est également le titre de l’album dont la sortie est prévue pour la fin 2012 est le fruit d’un long travail de recherche et de perfectionnement qui retrace le parcours initiatique d’un porteur d’eau.
 


Rédigé le Vendredi 5 Octobre 2012 à 19:23 | Lu 775 fois | 1 commentaire(s)


Tags : basango, rire, slam, tuseo




À lire aussi :
< >

Lundi 16 Janvier 2017 - 20:54 "Racines", un remake événementiel

Lundi 14 Décembre 2015 - 14:47 Spirita NANDA

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter