Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

BGFI

Premier groupe bancaire de la Cemac, pèse maintenant 2 milliards €


BGFI
(Agence Ecofin) - Avec un total de bilan en 2010 de 1391 milliards FCFA (2 milliards €), BGFI a réalisé un produit net bancaire (PNB) de 82,4 milliards FCFA (126 millions €) en hausse de 14% par rapport à 2009. Cette hausse du PNB est soutenu par les contributions des différents métiers notamment la banque commerciale du Gabon qui pèse pour 45% du PNB et la banque commerciale à l’international dont la contribution est passé de 35% à 41%.

Le groupe gabonais présent dans neuf pays (Afrique et France) a également maintenu son résultat net part de groupe 2010 à 18,3 milliards (28 millions €), pratiquement au même niveau qu’une année auparavant malgré une hausse du coefficient d’exploitation (frais généraux/PNB) qui est passé de 49% à 60%.

Selon le rapport annuel 2010 de la banque, la croissance des frais généraux (hors amortissements) qui ont cru de 40% à 49,7 milliards (76 millions €) s’explique par l’entrée dans le périmètre de consolidation des nouvelles filiales générant un supplément de frais généraux, de la hausse des effectifs consolidés et de mesures de gratification salariale.

A l'international, la banque a finalisé en 2010 les opérations d’implémentation et d’obtention d’agreement bancaire à Madagascar, au Benin, en République démocratique du Congo, au Cameroun et en Côte d’Ivoire.

Une importante restructuration de l’architecture du groupe a entrainé la création de la holding BGFI Holding Corporation SA portant l’ensemble des participations et de l’entité BGFIBank Gabon.

Source : http://www.agenceecofin.com

agenceecofin
Rédigé le Lundi 5 Décembre 2011 à 11:11 | Lu 601 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mercredi 9 Décembre 2015 - 11:09 Sandy Mayetela

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter