Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Awadi

'Présidents d’Afrique'

Didier Awadi est sans conteste la figure la plus visible du rap africain francophone.
Lauréat du prix RFI Musiques du Monde en 2003, il a derrière lui un parcours sans faute de pionnier et de défricheur d’un genre musical qui est devenu, ces dernières années, le genre majeur pour la jeunesse d’Afrique et celle du monde.


Awadi Didier
Awadi Didier
Aujourd’hui en solo, après avoir connu un succès international avec son groupe Positive Black Soul, Awadi revient sur scène pour proposer un nouveau spectacle (un album prévu pour le premier semestre 2008).
Destiné à faire valoir l’histoire, les compétences et les talents venus d’Afrique, "Présidents d’Afrique" est un projet ambitieux et multimédia. MC’s et VJay se relayeront pour rapper et illustrer, sur fond de portraits et de discours, l’avenir du continent.

Avec Positive Black Soul, il a réalisé plusieurs albums à la qualité artistique sans faille, ouverts sur l’Europe et les Etats-Unis. A la fois artiste et entrepreneur (il est producteur artistique, animateur radio et télé, patron d’un studio et d’un label, ainsi que de sociétés de sonorisation et de sécurité …), Didier Awadi est le meilleur exemple imaginable de cette génération qui crée, entreprend et utilise à bon escient les possibilités technologiques du monde moderne aussi bien que les acquis culturels immémoriaux du continent père.

Tout cela, il le met au service d’une musique toujours consciente, une musique de racines et de messages, à travers laquelle il s’adresse au monde, parce qu’il a des choses à lui dire.



90bpm
Rédigé le Vendredi 4 Juillet 2008 à 16:23 | Lu 2645 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Vendredi 26 Mars 2021 - 19:59 Fiston MAKETA

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter