Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Audrey KUMBA

La coiffure, le métier de ma vie

« Dans la coiffure, je retrouve ce que j’ai appris à l’école. De la symétrie, de l’arithmétique et de la géométrie ».


Audrey KUMBA
Audrey KUMBA
La coiffure à Pointe-Noire a des noms, et l’un de ces noms est Audrey Kumba, coiffeuse congolaise autodidacte pourvue d’une forte détermination qui l’incite à travailler plus de 12 heures par jour.
Audrey passe de longues heures, du matin au soir, dans son salon de beauté. Cet espace est devenu son centre d’opérations : elle mange là, elle rit là, elle reçoit là ses visiteurs, là elle enseigne et transmet les secrets de son métier à ses élèves, c’est aussi là qu’elle communique le filon d’amour pour le métier.
Cependant le premier choix de cette jeune Congolaise ne fut pas la coiffure. Audrey fait des études scientifiques à l’université. Mais c’est la guerre qui change son destin. Après ces conflits de triste mémoire, Audrey décide de chercher un boulot manuel, quelque chose qui lui permettrait de s’occuper de sa maison et d’élever sa fille. Alors elle travaille dans une boutique de produits cosmétiques dont la patronne tient aussi un salon de coiffure. Audrey pense qu’elle peut saisir cette occasion pour se former.


Après avoir travaillé quelques années comme employée dans cette boutique-là, elle se décide un jour de lancer son propre business. Voilà donc trois ans qu’elle s’assume comme sa propre patronne, avec tous les risques que cela peut comporter dans le monde des affaires au Congo.
Tous les clients qui entrent dans l’établissement « Audy Hair » sont accueillis par un large sourire de la patronne. Elle est bien consciente que c’est l’une des meilleures façons d’attirer et de conserver la clientèle devenue de plus en plus exigeante dans le monde de la coiffure.

Entourée par quelques-unes de ses assistantes, Audrey ajuste une coiffe ou donne des instructions précises pour placer le tout dernier modèle de mèches. Elle n’a pas d’horaires fixes. Elle aime son travail et en tire une grande satisfaction. « La coiffure, c’est ma vie. Je gagne tout grâce à ce métier. Je rencontre beaucoup de personnes. Je gagne l’amour des gens. Je suis en contact avec des étrangers. Pour moi qui n’ai pas encore voyagé hors du Congo, je me sens comme projeté à l’étranger grâce à mes clients ».
Audrey déborde d’énergie. Elle est hyper-motivée. Il lui est nécessaire d’avoir suffisamment de forces pour affronter les imprévus de la vie. Depuis quelques mois, Audrey a déplacé son salon de beauté de façon inattendue. Mais loin de faire trembler ou de faire douter, ce déménagement a plutôt contribué à rassurer cette entrepreneuse à la créativité débordante. La coiffure c’est de la création.

« La coiffure c’est de l’art parce qu’elle demande de la créativité et de l’imagination. Et elle fusionne tous les autres arts. Dans la coiffure on est obligé d’appliquer certains principes, par exemple quand on réalise le mélange des couleurs, c’est un peu comme de la peinture. En outre il y a dans la coiffure de la géométrie, de l’arithmétique, de la symétrie, de l’équivalence… » affirme Audrey d’un ton de conviction.
Entre deux coiffes, Audrey feuillette un livre sur les dernières tendances dans le domaine. Elle aime bien être informée. Elle aime bien satisfaire ses clientes.

Rédigé le Lundi 18 Mars 2013 à 15:34 | Lu 1037 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 18 Novembre 2020 - 23:19 Honor Toudissa

Mercredi 28 Novembre 2018 - 02:20 À Lagos, les mille et une tenues de l'homme

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter