Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Arts et Cultures Africains.

Droits de Propriété Occidentaux

Le plus légalement du monde, devant l’apathie caractérielle de bien des professionnels et responsables africains préposés à la préservation du patrimoine culturel, les dessins et motifs africains provenant de l’esthétique millénaire du continent font l’objet d’une protection juridique internationale de la part des milieux de conservateurs, d’experts et spéculateurs occidentaux.


Arts et Cultures Africains.
Cela se passe à Washington en 2003, un haut responsable africain dans une institution internationale du développement souhaite avoir un motif et une symbolique africaine sur la couverture du rapport annuel sur lequel il travaille. Ceci peut paraître banal, même si de telles initiatives, naturelles chez les décideurs du monde entier échappent aux préoccupations des hiérarques africains infectés par des iconographies d’aliénation, mentalement décomposés par des putrides complexes d’infériorité culturelle.

Notre passionné d’art africain envisage donc de faire figurer en couverture d’un rapport relatif au développement, un motif africain authentique et original, après avoir pris les précautions juridiques d’usage, qui, pensait-il, devaient relever de la formalité vite exécutée. Mal lui en a pris puisque après vérifications, un cabinet d’expertise des plus connus sur la place, annonçant dans les grands magazines spécialisés dans l’African Art avait protégé ce motif et aucune utilisation ne pouvait en être faite sans en recourir au propriétaire légal, c’est à dire le conservateur et vendeur occidental.

Dit autrement une oeuvre d’art africaine est propriété intellectuelle légale d’un non africain, lequel l’a protégée juridiquement comme sienne, et peut en user à sa guise. A contrario un africain ne saurait avoir accès à cet artéfact produit par ses ancêtres et sa civilisation que par le bon vouloir loin d’être acquis du spéculateur occidental, propriétaire, possesseur, jouisseur exclusif…

Il en va des motifs, design et oeuvres plastiques comme des produits de la pharmacopée, des plantes médicinales dont use la majeure partie des africains économiquement éloignés de l’univers de l’hôpital et de la santé injustement dite publique. En effet à mesure que les laboratoires pharmaceutiques se rapprochent par des méthodes directes ou plus souvent obliques voire par des partenariats, des aides et soutiens logistiques au tradithérapeutes, d’énormes répertoires de savoir-faire risquent de tomber entre les mains diligentes des firmes multinationales. Par le biais des législations omcistes prédato-libérales relatives aux droits de propriété, il est à craindre que les Africains terminent interdits de leurs propres plantes de jardin.

Ces colossales pertes effectives et surtout à venir, ces déstructurations de patrimoines culturels évadés vers des appareils de production industriels d’où ils reviendront à prix d’or en importations, n‘ont pas la noblesse des grandes questions africaines comme le Nepad, l‘Union africaine, les PAS et les intégrations régionales. Les richesses culturelles ne déclenchent pas les grands séminaires, les dispendieux événements pour faire briller les grandes dames, la défense de l’essentiel ne donne pas encore matière aux orgies budgétivores et parasites consommatrices de démesures, par conséquent ces ressources n’existent qu’à peine à la reconnaissance officielle. Elles ne font tout simplement pas partie du débat sur une Afrique exsangue, qui se laisse paupériser et exproprier avec l’onction des élites, piteusement attachées aux sombres théâtres sociétaux des démonstrations et ostentations de fortunes agglomérées sans richesses durables.

Les institutions affectées à la gestion de ce type de question, l’Unesco et l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle voguent de séminaires en séminaires, de colloques en réunions stratégiques, de plans d’action en jérémiades, de temps en temps une statue retrouve le chemin de l’Afrique. Les médias immortalisent l’événement, ce n’est pourtant pas d’événement qu’il s’agit, mais d’un macabre « avènement », celui d’une culture, d’une civilisation dépossédée, celui d’un règne planétaire de la razzia, des violences multiformes, des prédations autorisées.

A Bamako, dans un musée local fort bien tenu consacré à la civilisation malienne, carrefour historique d’une myriade de peuples et traditions industrieuses, une légende au bas d’une pièce textile traditionnelle datée du moyen âge européen signe une inoubliable magnanimité : « Offert par Jacques Chirac »…

Agni Blé / Afrikara.com
Rédigé le Mardi 27 Juillet 2004 à 00:00 | Lu 2758 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Jeudi 26 Août 2021 - 18:12 Dulcie September

Vendredi 16 Juillet 2021 - 22:14 Sardoine Mia

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter