Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Art by Women

La Journée Internationale de la Femme

Comme chaque année, la Fondation Basango rend hommage aux femmes le 8 mars. Après « recibí flores hoy » et « photos de femmes » en 2011, « trois femmes, trois continents » en 2013, voici « Art by women» ce 8 mars 2014.


By Elvire H
By Elvire H
La Fondation Basango a voulu cette fois encore avec « Art by women » rendre hommage aux femmes qui ont décidé pour diverses raisons, vivre en dehors de leur pays d’origine et qui aujourd’hui donnent une place importante dans leur vie à la création artistique. Elles se sont toutes inspirées en Afrique et particulièrement à Pointe-Noire, au Congo pour montrer ce qu’elles pensent, ce qu’elles ressentent, ce qu’elles aiment. Les unes se sont réconcilié avec l’art qui avait été mis de côté pour faire un travail qui en général était à l’opposé de leur passion artistique. Les autres ont toujours fait de l’art parallèlement à leur travail. Enfin, elles ont toutes décidé de se montrer et de s’exposer à la critique du public, à travers l’exposition « Art By Women ». De la création à la peinture, du collage à la superposition d’éléments étrangers sur des acryliques qui font ressortir l’âme des objets africains.

Pour Fabienne, tout est source d’inspiration en Afrique. Ce qui l’amène non seulement à peindre, mais aussi à écrire et à faire du design de sacs à main à partir des tissus africains. Elle ose aujourd’hui, après avoir essayé la reproduction des modèles, se laisser guider par des souvenirs ou faire jouer son imagination.

Pour Bouchra, la peinture est un legs, c’est sa façon d’exister. Dans son métier de décoratrice d’intérieurs, elle pense qu’il ne faut pas d’école pour faire de l’art, il s’agit d’exprimer autrement ses sentiments. C’est une forme d’expression. Elle aime bien superposer des objets sur ses acryliques qui donnent l’âme et la vie à ces objets qui ont toujours beaucoup à raconter sur la culture et les traditions. Elvire à travers « Elvire H » se dévoile telle qu’elle est. Elle aime la création, certes, mais pour elle il faut la montrer comme le monde est, mélangé, métissé, les pois avec les fleurs, le pagne avec le lin ou le coton ou le satin, la vie moderne avec les traditions de nos ancêtres… Pour Elvire, l’Afrique est clairement une source importante d’inspiration, lieu de naissance de sa marque Elvire H le jour de la journée internationale de la femme, car Elvire est une femme engagée.

Marie-Pierre, est inspirée par les couleurs et les formes. Elle utilise une technique moins commune qui combine le collage et les pastels, avec une rigueur naturelle. Chaque collage de Marie-Pierre dépasse les bouts de papier utilisés pour les créer; ils sont loin de la banalité des magazines où elle va les chercher. Mais elle ne s’arrête pas là, Marie- Pierre accompagne chaque oeuvre avec des poèmes originaux pour montrer, en tant que femme « mundelé », sa vision de la femme africaine.

4 femmes qui nous ont confié leurs travaux pour montrer aussi, le 8 mars 2014, journée internationale de la femme, que les femmes en général en suivant les choix que la vie leur offre, trouvent dans l’art et la création une source importante d’inspiration qui peut parfois changer totalement leur vie. La Fondation Basango, ELLE aussi engagée dans ses pensées donne la place à toute création artistique sans distinction d’origine, de formation, d’école ou de motif d’inspiration.

Adriana Alarcon Diaz
Rédigé le Mercredi 26 Février 2014 à 14:16 | Lu 1335 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mardi 10 Septembre 2019 - 01:17 Jhonny Hendrix Hinestroza

Jeudi 27 Juin 2019 - 19:50 Jeison Riascos "El Murcy"

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter