Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Angela Y. Davis

L' ETOILE DE HARLEM

Au coeur de l' Amérique voilà que belle et noire se lève une femme.
Elle est belle quand elle rit, elle est belle quand elle pleure.
Elle marche et derrière elle, marchent les étoiles de Harlem.
Dans le corps froid de l' Amérique elle va de part en part portant
la chaleur de la liberté. Son visage est éclatant de soleil, sa parole est magie envoutant la raison.


Angela Y. Davis
Angela Y. Davis
Elle est née le 26 janvier 1944, à Birmingham ,en Alabama à une époque ou le racisme et les troubles politiques faisait rage. Ses parents étaient enseignants , et dès son enfance ,la petite Davis était plongée dans le milieu communiste, et reçoit déjà les influences de ce qui sera ses conceptions politiques ;et ses convictions philosophiques.
En 1960,elle passe deux ans à étudier , à l'Ecole de Francfurt sous la direction de Theodore Adorno. De 1963 à 1964 ,elle suit des cours à Paris, puis elle rentre dans le Massachusetts à l'université de Brandeo .Après avoir obtenu sa licence en 1965, elle part en Allemagne pour ses études plus approfondies .De nouveau aux Etats Unis en Californie à l'université de San Diego, elle reçoit sa maîtrise en 1968 .C'est à cette même année qu' elle devient membre du parti communiste ,et des blacks panters. Son investissement dans ses 2 groupements lui valurent d'être surveillé de très près par le gouvernement de Etats Unis .

Après avoir enseigné pendant 1 an à l'université de Californie à Los Angeles ,elle est renvoyé .Ce licenciement était principalement du à son appartenance au parti communiste .En 1970 elle devient la troisième femme dans l'histoire à être inscrite sur la liste des personnes les plus recherchée par le FBI..

Accusée de conspiration pour libérer Georges Jackson ,le FBI estimait que Angela Davis avait armé des prisonniers dans la Cours du Conté de Marin .Elle du passé 2 semaines à fuir la police .A cette époque on pouvait voir une pancarte affichée dans de nombreuse maisons ,ou on pouvait lire " Angela notre sœur ,tu es la bienvenu dans cette maison " .
Elle fut finalement découverte par la police dans un hôtel après avoir été accusé de meurtre et de kidnapping et passer 16 mois en prison puis fut acquitté de toutes ses charges .

En 1971 ,ces essais dans lesquels elle détaille sa croyance en la doctrine communiste et ses pensées sur l'oppression raciale sont publiés.
Puis convaincu par ses amis,
elle écrit son autobiographie et se présente aux élections de 1980 ;sous les couleurs du parti communiste .
" Women, Race and class "publié en 1981 devient un classique du féminisme .En 1989 elle publie la première collection de ses discours de 1983 à 1987 ,intitulé " Women ,Culture and politic ".
De nos jours ,Angela Davis continu son combat politique et social .C'est une théoricienne accomplie et cultivée, elle enseigne à l'Université de Californie à Santa Cruz et continue à faire des discours.

David Gakunzi / Basango.com
Rédigé le Jeudi 20 Mars 2003 à 00:00 | Lu 1268 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Mardi 10 Septembre 2019 - 01:17 Jhonny Hendrix Hinestroza

Jeudi 27 Juin 2019 - 19:50 Jeison Riascos "El Murcy"

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter