Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Andrea Muñoz

Une chanson simple

Prochain vendredi 27 Avril, la chanteuse colombienne Andrea Muñoz, offrira un concert de Latin-Jazz à Basango Point Culturel.


Andrea Muñoz
Andrea Muñoz
Sans aucune prétention, Andrea affirme " je chante parce que j'aime bien, mais je ne me considère pas comme une musicienne parce que je n’ai pas étudié pour ça". Andrea Munoz Castellanos, danseuse et chanteuse de 25 ans prends du plaisir parce que pour elle c'est un hobby, quelque chose qui lui plait et qui ne lui met pas de pression. Dans sa vie artistique il n’y a pas de managers, pas de contrats ou de doutes qui la fassent se dévier de son but principal, être heureuse. Andrea pense que la vie même lui a donné cette possibilité. Elle a confié la gestion de sa carrière aux gens qu’elle a croisé sur son parcours. Elle s'est occupée de travailler son art et de se laisser porter par les opportunités qui ont surgi sur son chemin. Ceux qui l'ont entendu chanter, soulignent la force et la lumière qui émane quand elle monte sur scène. Un air tranquille et naturel. Pour elle c'est si simple de transmettre les sentiments, vivre le moment et ne pas penser à ce qu'il y aura après. Depuis qu'elle a 3 ans, elle chantait sans cesse: boléros, merengue, salsa, rock... À l'âge de 8 ans elle a été choisie grâce a ses aptitudes comme danseuse et après elle a été boursière dans une importante école de danse à Bogota. Quelques années plus tard, et en retournant sur ses propres pas, un manager la choisit pour faire partie d'un orchestre à Dubai. À ce moment la, elle décide d’abandonner ses études de langues à l'université. Sa passion était de voyager et cette fois ci les conditions étaient favorables. "La culture arabe admire la culture latine", dit Andrea. Elle a donc vécu plus d'un an et demie à Dubaï et à Bahreïn. Désormais elle passe beaucoup de temps loin de chez elle et elle ne veut pas encore rentrer dans sa Colombie natale. L'Écosse et après le Congo sont des pays qui ont marqué la chanteuse, mais son prochain défi c'est la France. Sans peur et avec beaucoup d'envie de connaitre une nouvelle culture, Andrea affronte son destin, qui jusqu'à maintenant, ne l’a jamais tourné le dos.

Una canción sencilla
El próximo viernes 27 de Abril la cantante colombiana, Andrea Munoz, ofrecerá un concierto de Latin-Jazz en Basango.

Sin delirios de grandeza, Andrea afirma:  "canto porque me gusta, pero no me considero músico, no he estudiado para ello". Andrea Muñoz Castellano, bailarina y cantante de 25 años disfruta de lo que para ella es un pasatiempo, algo que le hace divertirse y que no le presiona. En su vida artística no hay managers, contratos o dudas que le hagan desviarse de su objetivo principal, ser feliz.

Quizás también es la vida la que le ha dado esa posibilidad. Se puede decir que Andrea ha encomendado la parte burocrática al destino. Ella se ha dedicado a trabajar su arte y a dejarse llevar por las oportunidades, que repetidas veces han surgido en su vida. Sin buscar ha encontrado, suerte ésta que la ha llevado a distintos puntos del mundo.

Los que le han escuchado cantar, destacan la fuerza y la luz propia que emana cuando Andrea sube al escenario. Porte tranquilo y natural. Tan simple como transmitir sentimientos, vivir el momento y no pensar en lo que habrá después.

Ya desde los tres años cantaba sin cesar: boleros, merengue, balada, salsa, rock...A los ocho fue escogida por sus aptitudes como bailarina y más tarde becada en una importante escuela de danza de Bogotá. Años después y volviendo sobre sus pasos, un manager la escogería para formar parte de una orquesta en Dubai, momento en el que decidió abandonar sus estudios de lenguas en la universidad. Su pasión era viajar y esta vez se lo habían ofrecido sin condiciones.

"Los árabes adoran la cultura latina", comenta Andrea, que gracias a este descubrimiento pasó más de un año y medio viviendo en Dubai y Bahrein. Demasiado tiempo fuera de casa como para volver a su Colombia natal. Escocia y después Congo son países que han dejado huella en la cantante, pero su próximo desafío la espera en Francia. Sin miedo y con ganas de conocer una nueva cultura Andrea afronta un destino, que hasta el momento, no le ha dado nunca la espalda.

Rédigé le Jeudi 19 Avril 2012 à 16:56 | Lu 2215 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Jeudi 7 Janvier 2021 - 12:25 Henri Lopes

Mercredi 30 Décembre 2020 - 12:50 Le roi Moe Makosso IV s'en est allé

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter