Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Ancestry in Progress de Zap Mama

From A Cappella 2 Afro Ethnic Soul

ncestry in Progress ! Tout un programme. Zap Mama revient dans une jacket musicale et humaine remasterisée, la formation se réduisant pour le coup à son inspiratrice originelle Marie Daulne. Chargée cette fois aux vibrations d’une intelligente Soul US, heureusement incapable d’exorciser une vieille possession vocale africaine, cachet signature de la marque, Marie Daulne, conquérante, reprend entièrement ses responsabilités. Au final, on est rendu à Ancestry in Progress [2004, Lukua Bop], qui s’écoute et ne se refuse pas de surprendre son monde.


Zap mama
Zap mama
La vérité c’est que Zap Mama surprend depuis son inopinée et salutaire intrusion dans les bacs et sur les scènes fouillées des musiques métisses à l’aube des années 90. Comment pouvait-il en être autrement quand on se remémore l’histoire personnelle de Marie Daulne, belgo-congolaise et femme-orchestre du groupe ? Issue d’une union entre un Belge et une Congolaise, sa famille avait été recueillie, veillée, soignée, nourrie par des pygmées en forêt équatoriale, alors qu’elle était pourchassée par des rebelles de l’ancien zaïre ! Depuis elle s’était mise en tête de savoir gré à ces peuples hospitaliers, d’une richesse musicale et culturelle à la lisière de l’imaginable, pour leur avoir épargné, protégé le plus cher, la vie. On comprenait dès lors cette présence en leitmotiv des polyphonies des peuples africains de petites tailles dans les compositions du groupe.

Le concept exclusivement vocal du départ se mettait en demeure d’évoluer avec les artistes, les rencontres, et une orientation résolument portée vers la découverte d’autres coutumes, traditions, cultes musicaux. Après avoir assimilé des instruments traditionnels en soutien de vocals agréablement enracinés entre rives africaines et européennes, n’était-il pas temps de traverser l’Atlantique pour se confronter à la culture urbaine et artistique la plus prolifique du moment, le Hip-Hop version Soul, New Soul ?

Notre moitié Z [métisse zaïroise], Zappeuse et flattée par l’acoustique de la lettre Z, ceci expliquant bien des choses, allait se plonger en apnée Hip-Hop, participant à plusieurs projets sur la scène américaine. S’imprégnant de cette énergie nouvelle, celle produite par les diasporas africaines américaines, Marie Daulne expérimentait une potion inconnue. Electrochoc positif, la plastique musicale prenait forme et son graphisme, ses teintures reflétaient cet effet d’attachant bizarre que Zap Mama s’est approprié depuis ses premières dents de lait…

New Soul, claps africains, polyphonies, légèreté, désinvolture, nonchalance, zeste d’espièglerie, le tout se sculpte autour d’un Hip-Hip vertébral subissant les dépaysantes diffractions, les étourdissements, ondulations des influences Salsa, Afro-Beat felaien, et mystique Sebene congolais. Rien de tel qu’un rap par-dessus la semoule, et une perf respectable de Erykah Badu pour parachever une construction en perpétuelle recomposition. Passées les appréhensions ou frilosités d’un public un peu bridé par l’aversion au risque artistique, Ancestry in Progress écrit simplement la suite de l’histoire d’un monde de croisements et de cybernétique, ce monde fixé à son universel miroir ancestral africain et projeté sur ses modernes urbanitudes.

Bon à savoir, le concept musical captive, la performance scénique électrise par sa créativité et son inventivité.

Zap Mama sera en concert à l’Elysée Montmartre le 03 novembre 2005. Don’t miss it ! Do not !

Afrikara.com
Rédigé le Mercredi 26 Octobre 2005 à 22:20 | Lu 2495 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Lundi 28 Mars 2016 - 12:05 Le jazz éthiopien ne meurt jamais

Mardi 11 Août 2015 - 17:19 "Tombouctou" le nouveau clip d'Inna Modja

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter