Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Alphabet Africa

Le jeu placé dans la carte géographique des innovations du 21e siècle de l’Unicef

L’annonce a été faite aux Dépêches de Brazzaville par Jean Paul Wabotaï, promoteur de ce projet Alphabet Africa et président de l’association « Enfants du Congo- Enfants du monde ». L'objectif visé à travers cette idée est d’accompagner la politique du chef de l’État congolais, qui a décrété les années 2013- 2014 "Années de l’éducation pour tous".


Quartier Moungali
Quartier Moungali
« Dieu merci, nous sommes dans la carte géographique des innovations du XXIe siècle de l'Unicef et nous représentons le Congo Brazzaville, qui a servi de pays pilote de ce projet », a déclaré Jean Paul Wabotaï, qui a bien voulu exprimer sa joie. En effet, Alphabet Africa est né dans le but de favoriser l’éducation informelle auprès du peuple africain et de contribuer au développement du continent. C’est un matériel éducatif ludique conçu pour apprendre en s’amusant, chez soi ou à l’école. Il est la clé dans la campagne de sensibilisation de l’éducation des enfants et des adultes. Il participe activement dans la promotion et la sauvegarde de l’héritage de la culture orale et musicale légué par nos ancêtres. Un premier festival Alphabet Africa a été organisé à Brazzaville par l’association « Enfants du Congo- Enfants du Monde » que préside Jean Paul Wabotaï. Au menu de ce festival, des animations, spectacles et jeux éducatifs gratuits autour de l’alphabet avec la mobilisation des enseignants, artistes, associations et médias. Les marelles ont été installées dans plusieurs écoles primaires et dans chacune des neuf communes de la ville de Brazzaville, avec l’objectif d’y ancrer la culture de l’apprentissage de l’alphabet, base de l’éducation.

C’est quoi la "marelle Alphabet Africa" et pourquoi le choix de la marelle alphabet Africa ?

Projet de Jean-Paul Wabotaï et son association « Enfants du Congo - Enfants du Monde », la marelle Alphabet Africa un est un outil pédagogique qui permet la visualisation globale des lettres et des mots. C’est un jeu éducatif pour l’apprentissage de l’alphabet. La marelle s’adresse aux enfants et aux adultes, aux mamans pouvant apprendre en même temps que les enfants. Elle peut servir de modèle et être reproduite par les familles dans les parcelles, en la traçant sur le sol avec un bâton ou une craie… À titre d’illustration : "A comme Africa, B comme Balai " … Pour réussir, l’enfant ne doit pas toucher les lignes, ni perdre l’équilibre, ni se tromper au niveau des lettres et des mots.

Quant à son utilité, les connaissances des lettres de l’alphabet étant la base pour l’apprentissage de la lecture et de l’écriture, l’association a choisi la marelle pour les raisons suivantes : jeu éducatif complet à l’impact rapide associant le plaisir à l’apprentissage (jeux de règle, d’adresse, de mémoire visuelle et auditive) ; jeu d’extérieur relativement peu coûteux et durable dans le temps; située dans des lieux publics. Elle est visible et accessible gratuitement à tous. L’objectif de la marelle étant de mémoriser les vingt-six lettres de l’alphabet. Déjà en 2012, lors de l’inauguration de la maison d’alphabétisation au quartier Bacongo, l’association a pu tester l’engouement de la population pour ce jeu. Les garçons et les filles, les petits et les grands se succédaient en sautillant et récitant l’alphabet.

Rappelons que les communes de Brazzaville ont été dotées des marelles, et un concours inter-classes a été lancé officiellement, le 10 décembre 2014, à Ouenzé dans le cinquième arrondissement de Brazzaville. L'occasion permettra à chaque école de sélectionner les meilleurs élèves qui les représenteront au concours inter-écoles et puis inter-communal. Le concours inter-classes prendra fin début mars et automatiquement débutera le concours inter-écoles et inter- communal pour lequel la finale aura lieu en juin 2015 au Mémorial Pierre Savorgnan de Brazza.

Source adiac-congo.com

Bruno Okokana
Rédigé le Samedi 14 Février 2015 à 10:21 | Lu 1342 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 24 Janvier 2018 - 02:16 « L’Afrique, futur royaume de l’innovation ? »

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter