Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Aliko Dangote

Le noir le plus riche du monde


Aliko Dangote, fondateur et patron du groupe du même nom. Sa fortune est estimée à plus de 25 milliards de dollars. Ici dans son bureau à Lagos.  © DR
Aliko Dangote, fondateur et patron du groupe du même nom. Sa fortune est estimée à plus de 25 milliards de dollars. Ici dans son bureau à Lagos. © DR
Tout ou presque a été dit d’Aliko Dangote, l’homme le plus riche d’Afrique et, selon Forbes, 23e fortune mondiale, à plus de 25 milliards de dollars. Qu’il doit son succès à son contrôle sans partage des marchés qu’il a choisi d’investir, le ciment, le sucre et la farine, jouant des prix pour évincer la concurrence. Ou qu’il doit sa taille critique sur ces marchés à des relations étroites avec le pouvoir, notamment pour influencer les tarifs douaniers, qu’il s’agisse des dictatures militaires jusqu’en 1999 ou du président Olusegun Obasandjo, dont il a financé la réélection en 2003.

Et pourtant, cet homme a réussi un miracle en Afrique : transformer son empire commercial en géant industriel. Ses usines sont présentes dans 14 pays africains et son groupe investit désormais du Brésil à l’Indonésie. Aliko Dangote a ainsi construit la première multinationale africaine. Sa cimenterie d’Obajana, à mi-chemin entre la capitale économique, Lagos, et la capitale politique, Abuja, sera bientôt la plus grande au monde, capable de remplir un camion de 30 tonnes toutes les 30 secondes. Son groupe va investir 16 milliards de dollars dans les cinq prochaines années et représentera bientôt 10 % du PIB du Nigeria, la plus grande économie d’Afrique.

Né en 1957 à Kano, la cité marchande et musulmane du nord du Nigeria, Dangote est issu d’une famille prospère d’exportateurs d’arachide. Après des études de commerce à l’université d’Al-Ahzar, au Caire, il emprunte en 1977 trois camions de ciment et 750 000 dollars à l’un de ses oncles, remboursables en deux ans. C’est l’époque où le ciment, entièrement importé, vaut de l’or : le Nigeria convertit ses pétrodollars qui en constructions tous azimuts.

Aujourd’hui philanthrope reconnu, à qui Barack Obama accorde des audiences privées, il est connu pour avoir appliqué trois principes avec entêtement : réinvestir ses profits dans le pays au lieu de cacher l’argent dans des coffres suisses, mener un train de vie modeste et tout miser sur le marché intérieur du pays le plus peuplé d’Afrique.

Au passage, il est l’auteur d’étonnantes innovations. Les chauffeurs des milliers de camions du groupe auraient causé jusqu’à 200 morts par an sur les routes, parfois des autobus entiers pris de front. Dangote a donc lancé une académie de conduite ouverte aux titulaires de masters et de doctorats, considérant que des personnes éduquées feraient moins de dégâts. Ouverte aux femmes, aussi, dont il respecte la conduite prudente et sur lesquelles les chauffeurs masculins doivent aligner leur quota d’accidents et d’usure des véhicules. S’ils font 300 000 kilomètres sans incident, ils deviennent propriétaires de leur camion.


Par Serge Michel
Rédigé le Vendredi 8 Mai 2015 à 09:16 | Lu 880 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Vendredi 1 Février 2019 - 15:55 Wilson Borja

Mercredi 12 Juillet 2017 - 04:51 SHOLA ADISA-FARRAR

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter