Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Alicia keys se met à nu

The Diary of Alicia Keys est un album à coeur ouvert

Une Alicia sensuelle au regard de louve, cachée par les touches de piano, aux nuances boisées africaines. La voilà qui revient.


The Diary Of Alicia Keys,

Alicia keys se met à nu
ce deuxième opus, comprend quinze titres. Alicia s’y met à nu.

Secrets de femme,secrets de chanteuse. «C’est un voyage à l’intérieur de mon esprit, au cœur de ce qui se passe dans le monde et comment cela nous affecte en tant que personne. Je dis exactement ce que je veux exprimer. Je suis seule avec mon stylo. J’écris mes rêves, mes frustrations. J’écris ce que j’ai l’impression d’avoir raté, tout ce qui me passe par la tête.»

Plus qu’un journal intime, The Diary of Alicia Keys crochète les serrures du R&B et de la nu-soul. Sa versatilité épate. Démontre-t-elle son désir de ne pas lisser à tout prix son image dans le carcan du R&B ? Si tel est le cas, elle y aboutit de manière remarquable. L’album est magique. La voix ensorcelante de la sirène de Manhattan flirte avec la blaxploitation des années 70. Son incontestable talent se dévoile dans Dragon Days. Une interprétation émouvante au piano. Coup de maître avec l’interlude téléphonique dans You don’t know my name, premier single sorti depuis novembre.

Sur fond musical auxinfluences variées allant du R&B au hip-hop, marbré de sonorités jazzy et classiques, The Diary Of Alicia Keys fera saliver n’importe quelle papille. Elle innove. Elle surprend encore. La jeune prodige de Manhattan chante aux côtés des Rakim et Nas dans Streets Of New York, en hommage à sa ville natale.

Elixir musical

Une conception 100 % new-yorkaise. Véritable elixir musical, The Diary of Alicia Keys fera frémir plus d’un. Etoile. Elle l’est. Diva. Elle le confirme à 21 ans. Propulsée au panthéon de la soul avec Song In A Minor en 2001, vendu à plus de 10millions d’exemplaires dans le monde, cette jeune fille prodige au talent exceptionnel avait la royale voie musicale dressée devant elle.

Son amour pour la musique prend naissance alors qu’elle n’a que cinq ans.Passionnée de piano dès six ans,elle quitte, à 16 ans, la prestigieuse université de Colombia pour s’y consacrer. Ame mûre dans un corps de sirène, elle fait une entrée spectaculaire dans la musique avec Clive Davis de J Records.

Le piano devient alors sa marque de référence. Auteur-compositeur-interprète et co-productrice, la chanteuse démontre un savoir-fairehallucinant.






A sa sortie, aux Etats-Unis, The Diary of Alicia Keys, a pris la première place des Billboard Charts. 618,000 copies du deuxième album d’Alicia Keys se sont vendues en une semaine, un record de vente pour 2003. Ces chiffres éclipsent ceux de Britney Spears qui n’a vendu que 609, 000 exemplaires d’In the Zone, en une semaine. A ses débuts en 2001, Alicia Keys avait vendu 235,000 copies de Songs in A Minor, durant sa première semaine de sortie. Cet album lui a permis de remporter cinq trophées aux Grammy Awards en 2002.



Par Géraldine LOUISON ( amadoo.com )
Rédigé le Dimanche 28 Décembre 2003 à 00:00 | Lu 2823 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Lundi 28 Mars 2016 - 12:05 Le jazz éthiopien ne meurt jamais

Mardi 11 Août 2015 - 17:19 "Tombouctou" le nouveau clip d'Inna Modja

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter