Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Aimée Patricia MAVOUNGOU

La technique au bouts des doigts

Elle est la première et l'unique congolaise a exceller dans le métier de la régie technique dans le domaine des arts et du spectacle vivant. Aimée Patricia Mavoungou, est une grande dame dans un petit corps, il est à peine croyable de lui donner son titre de régisseuse. Dynamique et très courageuse, elle assume bien son rôle et s'applique à faire la lumière, le plateau et la scénographie à travers les festivals. Après avoir mis de côté ses textes de théâtre, elle a choisi de marquer sa présence dans l'ombre où de ses doigts magiques et expertes travaillent pour enrichir les spectacles. Hors mis ses créations lumières, Aimée souhaiterai s'impliquer dans la mise en scène, mais pour l'heure, elle se consacre aux préparatifs d'une nouvelle édition du festival JOUTHEC (Journée théâtrale en Campagne), dont elle a la charge. Le rendez-vous est prévu pour décembre 2012 dans le département du Kouilou. Nous l'avons croisé pour vous.


Les femmes congolaises sont aussi capables de faire la régie technique des spectacles comme moi.

Aimée Patricia MAVOUNGOU
Aimée Patricia MAVOUNGOU
Qui est Aimé Patricia Mavoungou?
Je suis une congolaise, ancienne comédienne reconverti dans la technique des spectacles. Je fais la régie lumière, le plateau et la scénographie. J'envisage aussi de faire la mise en scène, j'espère que j'en aurai bien l'occasion.

Depuis quand êtes-vous arrivée dans le monde des arts de la scène?
Je suis arrivée dans le monde des arts de la scène en 1993. J'étais au lycee et c'est ma sœur Frida Bouma (paix a son âme) qui m’amène dans la Cie Bivelas. Celle-ci, était d'abord une Troupe théâtrale du collège que dirigeait à l'époque le comédien Max Makosso (actuellement au Canada) et le fondateur M. Tchimbakala. J'y avais trouvé entre autre Pierre Claver Mabiala, Ange Bouity, Gisele Bindo ....

Pourquoi avoir quitté la scène pour la technique?
C'est un choix de seconde chance afin de rester dans le milieu artistique et culturel. J'ai été forcé de quitter la scène à cause de ma santé. En effet j'avais souffert des amygdalites puis opéré au niveau de la gorge. Sur les instructions des médecins, il m'était formellement interdit de parler ni de crier trop fort, ce qui était incompatible avec le travail de comédienne, je devais forcement partir de la scène pour ne pas dégradé ma santé, d'où ma conversion dans la régie technique.

Tu es quasiment la seule congolaise à faire ce métier, parle nous-en?
Oui, je suis la seule congolaise à faire ce métier passionnant, c'est dommage d'ailleurs que d'autres femmes n'aient pas emboité le pas dans notre pays. J'ai la responsabilité de faire la réussite d'un spectacle dans sa partie technique. Je crée des lumières qui accompagne les textes et la mise en scène d'un spectacle. Il est impératif de de bien comprendre un texte pour faire une belle création lumière. C'est très captivant, mais aussi très minutieux, surtout quand tu tombes sur un metteur en scène très exigeant qui t'impose des un travail à son gout. Mais, cela dépend aussi de la qualité de la salle, s'il n 'y a pas de bonnes installations c'est parfois difficile de pouvoir travailler dans de bonne conditions.
J'ai fais la régie des Jouthec 2003, des spectacles "Le corps en Transe" de la Compagnie Kunama de Pointe-Noire, de "Chaka le Zulu" de la Compagnie Renaissance du Gabon, "Tel est rit qui croyait rire" qui a fait une tournée en 2003, en Afrique centrale et Afrique de Ouest, Festival Racine 2002 (Porto-Novo/Bénin), "La femme et le colonel" au FIA (festival international de acteur), au "Gombi Festival "2000 à Bangui/Centrafrique, "Tanganika viol du tabernacle" de Marabout Théâtre de la RDC au Festival "Fitmo 2000 à Ouagadougou/Burkina Faso, "La savane en transe" de Jean Pierre Nguingané Tournée 2000 Afrique Centrale et Afrique de l’ouest pour ne citer que ça.

Quel est le niveau actuel de la régie et comment inciter les femmes affranchir le pas dans ce métier?
Moi je suis très à l'aise dans la régie, c'est comme si j'étais toujours sur la scène entrain de jouer mon rôle, puisque mon rôle consiste à accompagner le spectacle par la lumière. Ma présence au milieu des hommes ne me gène pas du tout, au contraire je m'y sens bien. Je suis contente de défendre la junte féminine dans ce domaine un peu envahi par les hommes. Si les femmes veulent s'engager comme moi à faire ce métier, je les encourage beaucoup. La régie est un très beau métier.
Avant, un metteur en scène ou une compagnie de théâtre ne comprenait pas qu'il fallait associé le technicien dés la début de la création et non,le jour même du spectacle. Actuellement, cette façon de travailler à fait place à un début de professionnalisme et je ne peux que féliciter les artistes congolais qui accordent de plus en plus d'importance à la régie son et lumière. Aujourd'hui, le niveau de la régie a vraiment évolué au Congo, chaque compagnie de théâtre, chaque groupe de musique, chaque festival veut avoir son régisseur son et lumière malheureusement, les salles et le matériel manquent font défaut pour faire des formations de façon régulière, technique et professionnelle. On travaille avec un matériel artisanal comment voulez-vous que l'on forme les autres comme il se doit?

En plus d'être régisseuse, vous êtes placée à la direction des Jouthec, comment gérez-vous ce festival?
Oui, je suis à la tête des Jouthec (Journées théâtrales en campagne) depuis 2008, c'est un festival que j'ai vu naitre et que je connais bien. Pierre Claver Mabiala nous a bien formé à ce niveau, il nous a responsabilisé. Personnellement, je suis déjà habituée à gérer la compagnie Bivelas au moment au Claver en était le Directeur. J’étais chargée des finances et matériel. Il nous a laissé la gérance de la compagnie et je lui en suis très reconnaissante. Si un ancien membre de Bivelas dit le contraire, ne le croyez pas, bien que, la formation est un traitement infini, on se forme tous les jours.

Parlez-nous de la nouvelles édition des Jouthec?
La prochaine édition du festival Jouthec est prévue du 05 au 09 décembre 2012 dans la sous préfecture de M'vouti, Département du Kouilou. Cette Campagne a pris une grande responsabilité dans le festival. Les préparatifs ont été amorcées depuis janvier avec les partenaire locaux et nous avons l'accord de certains d'entre eux. Pour les autres, les rendez-vous sont encours pour finaliser avec tout. Je peux affirmer que nous sommes dans les délais. Ce festival est un mon défi, nous voulons beaucoup impliquer les écoles de la campagne, montrer l'importance et les bienfait du théâtre pour l'épanouissement des jeunes, ce qui est aussi le souhait de la Sous Préfecture de Mvouti.

Quels est la particularité de cette édition?
La nouvelle édition des Jouthec aura la particularité de dresser le bilan des dix éditions déjà réalisées, inviter tous ceux qui ont participé au moins une fois à notre festival, inviter tous les responsables dans les campagnes ayant accueilli les Jouthec. Ce n'est toujours pas facile de tout gérer mais que voulez vous...

Quels sont vos rapports avec l'espace Yaro?
L'espace Yaro est dirigé par Pierre Claver Mabiala, je dirige la Compagnie Bivelas. Le festival N'sangu ndjndji est un projet de l'Espace Yaro et j'y travaille en tant que technicienne.

Un dernier mot?
Merci à Basango d'avoir pensé à moi, de porter intérêt à l'ensemble de nos activités. Merci également à nos anciens partenaires et aux nouveaux, à l'Oif , à la Sous Préfecture de M'vouti, à la Préfecture du Kouilou, au Conseil départemental du Kouilou direction départemental de la culture et des arts au Kouilou, aux Elus locaux, aux Mairies de Pointe-Noire et de Mvouty, aux Sociétés de la place, aux individualités, aux Medias de la place et à vous aussi Lauryathe Bikouta.

Lauryathe Bikouta
Rédigé le Vendredi 20 Avril 2012 à 23:20 | Lu 790 fois | 2 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mardi 7 Novembre 2017 - 19:16 ROKHAYA DIALLO

Mercredi 29 Novembre 2017 - 17:46 SONJA WANDA

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival









App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube




Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube