Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Afrostream se rêve en Netflix africain


Tonjé Bakang
Tonjé Bakang
C’est l’histoire de l’alliance improbable entre la première chaîne française et la petite start-up d’un jeune Franco-Camerounais. MYTF1VOD, la plate-forme de vidéo à la demande, aura recours à Afrostream pour diffuser une sélection de films africains, afro-américains et afro-caribéens produits à travers le monde.
A la tête d’Afrostream, Tonjé Bakang, 34 ans, a la détermination de l’entrepreneur du Web qui se lance. « Je veux devenir la référence du contenu afro sur Internet au cours des cinq prochaines années », dit-il. Longtemps, ses amis souriaient quand il parlait de son projet qui devait révolutionner la consommation de produits culturel, sérieux ou d’« entertainment ». Au point que la France et l’Afrique semblaient trop étriquées pour ses ambitions: il voulait aussi cibler les « Afro » d’Europe et des Etats-Unis. La signature le 23 février d’un accord avec TF1 a fait taire les sceptiques.

Une rubrique « Afrostream » vient d’apparaître sur le site de la chaîne. La start-up, elle, fondée fin 2013, proposera à partir de mai 2015 son service de vidéo à la demande sur abonnement offrant un accès plus complet aux séries et films afro-américains, africains et caribéens. Pourquoi attendre aussi longtemps ? « Il m’a fallu plus d’une année pour rencontrer les distributeurs hollywoodiens, les producteurs africains et négocier les droits des films. Et aussi pour lever des fonds. J’étais inconnu dans le milieu mais en une année, j’ai montré qu’il y avait de l’intérêt pour mon projet en passant de 0 à 55 000 abonnés sur Facebook.»
En attendant le lancement de son propre service de VOD, Afrostream propose une sélection de Nollywood (Flower Girl, Mother of George…), des films à succès comme Bande de filles ou Think Like a Man.

Tonjé Bakang est né en France de parents camerounais, actifs tous deux dans la médecine. « Durant mon adolescence, je regardais les séries et émissions américaines. J’y voyais enfin des gens comme moi, qui faisaient des blagues similaires à celles de nos familles africaines. En France, la seule représentation de la diversité dans l’humour était Jamel Debbouze ».
Tonjè Bakang a donc décidé d’aller à la rencontre des talents de demain. Il prend des cours de théâtre pour apprendre à diriger des comédiens. On lui présente Fabrice Eboué, Thomas Ngijol ou Patson, qui jouaient à cette époque dans des cafés-théâtres. Ont suivi Amelle Chahbi, Claudia Tagbo, Noom Diawara, Comte de Bouderbala, Mathieu Madénian, Frédéric Chau. En 2005, Tonjé Bakang lance le Comic Street Show au Réservoir, à Paris, premier spectacle d’humour urbain. Le concept sera repris, avec succès, par le Jamel Comedy Club.
Deux ans plus tard, il monte « Couscous aux lardons » avec Farid Omri. La pièce fera le tour des salles françaises durant six ans, jusqu’à Bruxelles et Montréal. Le duo prendra ensuite en main les destinées du théâtre le Montorgueil, que Tonjè Bakang dirigera pendant trois ans avant de se lancer dans Afrostream.

« À 13 ans, je disais déjà à ma mère que je serai réalisateur ou producteur de films quand je serai grand », sourit-il. Tonjè Bakang ne doute de rien et veut faire d’Afrostream le leader dans son domaine. Pour l’instant, sa société, qui emploie une dizaine de personnes, produit une série animée, « Les Ways de Mimi », diffusée sur sa chaîne YouTube, lève des fonds pour accélérer son développement. « Je veux maîtriser l’ensemble de chaîne, dit-il, de la production à la distribution du contenu sur Afrostream ».
La compétition sera rude. D’autres sociétés de streaming occupent déjà le marché, comme IrokoTV au Nigeria, qui a levé 21 millions de dollars et affiche plus d’un million d’abonnés payants en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. « Je vais y arriver en me developpant sur les marchés francophones », conclut Tonjè Bakang, toujours aussi confiant.

Source lemonde.fr

Par Diane-Audrey Ngako
Rédigé le Vendredi 27 Février 2015 à 13:50 | Lu 990 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Jeudi 7 Janvier 2021 - 12:25 Henri Lopes

Mercredi 30 Décembre 2020 - 12:50 Le roi Moe Makosso IV s'en est allé

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter