Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Afrofunk

Joni Haastrup, version mono mono

Après quelques escales en Asie et en Amérique latine, Soundway fait de retour en force en Afrique de l’Ouest avec la sortie simultanée de trois albums du multiinstrumentaliste nigérian Joni Haastrup et de son groupe MonoMono.Dans la foulée de “Nigeria Special”, Nigeria Rock Special”, “Nigeria Disco Funk Special” ainsi que de l’étonnante compilation “The World Ends: Afro Rock & Psychedelia in 1970s”, Miles Cleret continue à nous faire découvrir la richesse de l’héritage nigérian.


Joni Haastrup
Joni Haastrup
Même s’il n’a pas atteint la renommée d’un Fela ou d’un Tony Allen, Joni Haastrup reste une des références majeures de la période qui a suivi le highlife. De son énergie charismatique jusqu’à son nom, il a très souvent été comparé à Jimi Hendrix et ne il manque pas d’impressionner certains musiciens occidentaux. Au début des années 70, il se lie notamment d’amitié avec Ginger Baker. Il intégrera Air Force lors d’une tournée en 1971 et le projet SALT à la guitare et aux claviers.

Cette rencontre est d’ailleurs assez rocambolesque puisque Baker l’a engagé comme instrumentiste alors que Joni n’avait jamais joué de ces instruments. Du jour au lendemain, il s’est retrouvé ainsi catapulté sur scène sans aucune répétition. Un épisode qui a contribué à consolider le mythe de son talent inné. Par la suite, il fondera MonoMono avec qui il sortira deux albums qui font également partie des rééditions qui sortiront 26 septembre 2011.


ALBUMS

- Joni Haastrup, “Wake Up Your Mind” (Soundway)
- MonoMono, “The Dawn of Awareness” (Soundway)
- MonoMono, “Give The Beggar a Chance” (Soundway)

Par Vibrations
Rédigé le Vendredi 2 Septembre 2011 à 19:18 | Lu 810 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Lundi 28 Mars 2016 - 12:05 Le jazz éthiopien ne meurt jamais

Mardi 11 Août 2015 - 17:19 "Tombouctou" le nouveau clip d'Inna Modja

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter