Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Africain(e) en… Égypte : la négritude, un problème ?

Mon bonheur fut immense d'aller en Égypte, mais la splendeur des sites archéologiques a été gâchée par certains comportements de locaux.


L'actrice Condola Rashad dans le rôle de Néfertiti dans la série "Hiéroglyphe" sur l’Égypte antique © DR
L'actrice Condola Rashad dans le rôle de Néfertiti dans la série "Hiéroglyphe" sur l’Égypte antique © DR
"L'Égypte est une destination mondialement connue par les touristes. Ces derniers rapportent au pays 7 milliards de dollars par an. Nous sommes en mars 2012. Je viens d'Israël, en passant par le Sinaï, et viens d'effectuer quatorze heures de bus pour regagner Le Caire. Inutile de vous décrire ma motivation pour parcourir la troisième puissance africaine après l'Afrique du Sud et le Nigeria. Les pyramides sont à couper le souffle, la place Tahrir est belle mais moins impressionnante. La foule, la forte circulation, la pollution, la solitude et l'aigreur de certains regards m'étouffent mais je mets le tout sur le compte de la fatigue. Puis je décide de me rendre à la cathédrale Sainte-Catherine et à Neiwaba."

C'est parti pour neuf heures de route. Dans le car d'une cinquantaine de places, une dizaine de places sont encore libres. Je suis au milieu, comme d'habitude près d'une fenêtre, de façon à pouvoir contempler le paysage ou somnoler la tête appuyée sur la vitre. Les paysages évoluent entre zones désertiques et riches en végétation. Je crois voir une carte postale animée... Malheureusement, ce rêve éveillé est interrompu par le conducteur, en colère contre les policiers qui ne cessent de nous arrêter sur le parcours. Mes notions d'arabe me permettent de déchiffrer l'échange houleux :

- Karloucha africana ! (La noire est africaine !)
- Lé, sarfatiya ! (Non, française !)


"Oui, oui, on peut être noir et français"

Il semble que les policiers croient que je suis une clandestine africaine en route pour Israël. Auquel cas, hors de question de passer sans payer. Si seulement, cela n'était arrivé qu'une fois... Parfois même les agents cognent avec leur matraque sur le bus pour qu'il s'arrête et une fois à bord se précipitent vers moi. Je ne dis pas un mot, mais leur tends mon passeport français. "Oui, oui, on peut être noir et français, ne soyez pas déçus", ai-je envie de leur dire. Mais je suis chez eux, mieux vaut me taire.

La cathédrale Sainte-Catherine est magnifique, je peux presque dire que ça valait le coup de faire autant de trajet. J'ai gravi pendant près de deux heures des marches à n'en plus finir, au point de ne plus sentir mes jambes. Il me fallait attendre le lever du soleil. J'oublie les morsures du froid nocturne au moment où le soleil fait son apparition. C'est l'une des plus belles choses qu'il m'a été donné de voir. J'en ai les larmes aux yeux. Une fois redescendue, je remercie un charmant chauffeur égyptien et francophone, Farid. Il m'a aidée à négocier pour que l'un de ses collègues m'emmène à l'hôtel que j'ai réservé. Avant de monter dans le minibus, nous avons un dernier échange, et le fou rire qui s'ensuit n'est pas du goût de mon chauffeur.

"Avant, c'étaient nos esclaves, maintenant, nos clients"
Je perçois de la colère entre les deux hommes et un énième dialogue au contenu désagréable. J'entends encore dans le flot de paroles "karloucha", ce terme péjoratif à mon égard. "Avant, c'étaient nos esclaves, et maintenant ce sont nos clients", dit-il d'un ton agacé. Je le suis encore plus que lui. Son collègue francophone me donne son numéro et me dit de l'appeler si quoi que ce soit arrive. Quel dommage qu'il n'aille pas dans la même direction que moi. Il était si agréable et apaisant. J'essaye de ne pas être trop offusquée et de discuter avec les passagers, essentiellement européens : une famille française composée d'un couple et de leurs enfants âgés de 16 et 20 ans, un couple gay espagnol, et une Autrichienne polyglotte qui parle arabe, français, allemand, espagnol et anglais.

Trop, c'est trop
Tout se passe pour le mieux jusqu'à ce que le chauffeur m'annonce qu'il ne me déposera pas à mon hôtel parce que ce n'est pas sur son chemin, alors que la famille française est logée à quelque 700 mètres de mon hôtel. Le ton monte. L'Autrichienne essaye de le raisonner mais il ne veut rien entendre. J'appelle Farid, mais il refuse de prendre le combiné. Verte de rage, je lui lance ma bouteille d'eau au visage. Il freine alors brusquement et me débarque comme un vulgaire déchet. J'ai à peine le temps de récupérer mon sac à dos. Il fait chaud, je n'ai plus d'eau, plus de batterie, j'ai mal aux jambes. Je marche un bon moment avant de trouver un véhicule qui accepte de me prendre. Pour évacuer mon stress avant de quitter le pays et de rejoindre la Jordanie, je décide de faire de la plongée. Finalement ce sera masque et tuba. En sortant de l'eau, un Égyptien m'effleure une première fois. Je ne dis rien. La deuxième fois sa main presse franchement mes fesses. C'en est trop. Je suis à court de répartie. Les mots ne suffisent plus. Je déverse sur lui toute ma colère et me mets à le charger comme si ma vie en dépendait. On vient nous séparer. Il s'excuse.

Je quitte le pays le lendemain. Je n'ai jamais remis les pieds en Égypte. Je ne souhaite pas rester sur une mauvaise impression mais je dois avouer que je n'ai jamais autant mal vécu d'être noire. Je n'y suis pour rien, je suis née ainsi et je refuse d'en être victime.

Source lepoint.fr

Par Ekia Badou
Rédigé le Vendredi 16 Octobre 2015 à 17:08 | Lu 1205 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Vendredi 3 Janvier 2020 - 00:16 Derrière le succès de Nollywood et de l’afropop

Jeudi 18 Février 2016 - 13:20 LES NOUVEAUX VISAGES PÂLES

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter