Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Affluence chez Nelson Mandela

Un héros de notre temps

Pour les touristes qui se rendent dans ce pays, une visite à Qunu, le village natal de Nelson Mandela, s'impose. Celui-ci s'organise pour les accueillir.


Les touristes se fraient un chemin jusqu'à un village perdu dans la campagne pour marcher sur les pas de Nelson Mandela. L'année dernière, environ 10 000 personnes venues des quatre coins de la planète sont allées tout droit à Qunu, dans la province du Cap oriental, où Mandela a appris le maniement du bâton lorsqu'il était enfant et pris sa retraite aujourd'hui. Le village connaît un changement considérable. Les champs à perte de vue où le jeune Mandela jouait à la fin des années 1920 sont occupés aujourd'hui par des ensembles d'appartements climatisés où les touristes peuvent loger au prix imbattable de 137 rands (14 euros) la nuit. On y a une vue circulaire sur la rivière où Mandela allait nager lorsqu'il était petit et les vallées où il gardait le bétail. Le site de l'école, où un instituteur a donné à Mandela son prénom anglais, Nelson, à la place de son prénom xhosa, Rolihlahla, a été préservé et entouré d'une clôture, les cases qui servaient de salles de classe s'étant écroulées avec le temps.


En face de l'école se trouve un vieux comptoir de commerce où Mandela a rencontré son premier homme blanc. Notre guide, Zimisele Gamkhulu, explique que le propriétaire du magasin était un descendant d'Allemands connu des villageois sous le nom de "Breetzke".

Le complexe hôtelier qui donne sur l'actuelle demeure de Mandela et le cimetière privé de sa famille, possède également des terrains de netball (jeu de ballon populaire dans les pays anglophones), des courts de tennis, une bibliothèque, une véranda, un restaurant et deux salles de conférences. "Nos hôtes sont libres d'utiliser tous les équipements, y compris les courts de tennis et notre cuisine", précise Zimisele Gamkhulu, le directeur de l'établissement, propriété du musée Nelson Mandela. Selon Nokuzola Tetani, qui travaille pour le musée, c'est le seul de son genre à se trouver dans un village en pleine campagne. Il comporte 18 chambres dont six doubles, les autres étant des bungalows. Les suites ont la climatisation, un lit à deux places, deux lits d'une personne, un téléviseur à écran plasma, un décodeur satellite et un poste de travail.

Selon Nokuzola Tetani, sur les 10 000 touristes passés à Qunu l'année dernière, la majorité étaient des Britanniques, suivis par les Allemands et les Américains. La plupart des visiteurs locaux venaient de la province de Gauteng. "Il fallait que je vienne voir de mes yeux qui est vraiment ce grand homme et l'endroit où il a grandi", déclare Bernd Schacht, un touriste allemand.

En 2008, Nonkumbulo Koti Mandela a ouvert un Bed & Breakfast en face de l'actuelle résidence de Mandela. Les affaires sont bonnes. Koti, comme la surnomment les gens affectueusement, est une parente du grand homme. Pendant la haute saison, elle a accueilli une quarantaine de personnes en un seul week-end. Elle a entrepris de rénover son établissement et de construire douze chambres supplémentaires.

Zine George
Rédigé le Jeudi 28 Octobre 2010 à 10:15 | Lu 972 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Vendredi 26 Mars 2021 - 19:59 Fiston MAKETA

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter