Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Adine Ossebi

Doudou Pilote

Adine Ossebi Ndiaye a su se faire respecter dans un milieu souvent considéré comme machiste (…). Elle travaille sur les Boeings 737 et se verrait bien pilote un jour...


Adine Ossebi
Adine a presque 40 ans. Elle est née à Brazzaville (Congo), d'un père congolais et d'une mère française. Elle a vécu successivement en France et au Congo.
La première chose qui lui a donné envie de piloter : c'était de toucher un tableau de bord.
Elle est partie à Montréal effectuer sa formation de pilote.
Puis, elle est partie au Congo, où elle a travaillé pendant 6 ans en tant que pilote de brousse. Enfin, apprenant qu'Air Afrique recrutait des pilotes, elle s'est présentée au concours.
Ça a marché et depuis le 20 mars 1998, les passagers voyageant à bord des Airbus
de la compagnie, sont parfois pilotés par Adine. Elle n'est encore que copilote, puisque
le poste de commandant de bord dépend de l'ancienneté.
Elle a aujourd'hui plus de 4000 heures de vol à
son actif.
Sur Air France, pour environ 3200 pilotes, il y a
une centaine de femmes.
PORTRAIT_08_03_JOURNEE_FEMME_adine_ossebi_ndiaye.mp3 PORTRAIT_08.03_JOURNEE_FEMME_adine_ossebi_ndiaye.mp3  (882.86 Ko)


CANAL+/RFI
Rédigé le Lundi 20 Janvier 2003 à 00:00 | Lu 5212 fois | 0 commentaire(s)


Tags : adine ossebi




À lire aussi :
< >

Mercredi 24 Janvier 2018 - 02:16 « L’Afrique, futur royaume de l’innovation ? »

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter