Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

AYITI CHERI

Premier festival de musiques haïtiennes en France


CARAIBES ALLER RETOUR

Caraïbes Aller Retour
Caraïbes Aller Retour
L’association [« Caraïbes Aller Retour »]URL:http://www.basango.com/docs/dossierdepresseAYITICHERI.doc est née de la passion de ses membres fondateurs pour les cultures caraïbes, et de leur envie de façonner des relations d’échange - des voyages réels, imaginaires ou symboliques - qui fonctionnent véritablement comme des allers et retours justes, équitables et constructifs.

[Elle a été fondée dans le double objectif de promouvoir internationalement les cultures caraïbes et d’œuvrer à leur développement local, dans les pays d’origine.]URL:http://www.basango.com/docs/CommuniquedepresseAYITICHERIGDC.doc

En effet, si la diffusion en Europe des cultures provenant de la zone caraïbe permet souvent aux artistes, de manière ponctuelle, de poursuivre leurs activités chez eux, il arrive parfois que le travail réalisé en Europe, grâce aux réseaux de distribution, aux outils modernes de promotion, et à tout un savoir-faire structuré, n’ait pas de retombées directes pour les pays d’origine : les musiciens jouent en Europe, mais leurs disques, par exemple, restent introuvables chez eux. A l’inverse, d’autres artistes, originaires de cette même zone, se produisent, en Europe, devant un public presque exclusivement communautaire, à l’écart des réseaux professionnels européens : ils peuvent multiplier les voyages, mais la véritable rencontre n’a pas lieu avec le pays d’accueil.

Partant de ce constat, et avec ses modestes moyens, l’association « Caraïbes Aller Retour » organise ses activités avec le souci constant de l’aller et du retour, pour que l’échange, culturel, commercial et humain, soit profitable aux deux partis.

Or, quelle meilleure occasion que le bicentenaire de la Révolution haïtienne, à la symbolique toujours actuelle, pour débuter une telle entreprise ?


Contact : Pascale Jaunay
Association "Caraïbes Aller Retour"
31, rue Sambre et Meuse
75010 Paris
tel : 01 42 08 49 32
mob : 06 12 92 64 18

Caraïbes Aller Retour
Rédigé le Lundi 10 Mai 2004 à 00:00 | Lu 2883 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Lundi 9 Mars 2015 - 07:02 Aké Béda

Mercredi 4 Février 2015 - 14:33 Nappy, ce mouvement conquérant de la planète afro

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter