Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

AMOUR SAUVEUR

Malgré la carapace d'indifférence, cet homme de culture cache une très grande sensibilité, pleine de remous. Son intelligence critique ne se laisse pas abuser par les apparences ou les dire. Il décortique les arguments, scrute l'essence des choses et descend même au fond d'un puits pour y chercher la vérité.


AMOUR SAUVEUR
Amoursauveur est votre nom d’artiste ?
Si vous le dites.
Vous avez fait parti du comité ad oc pour la réhabilitation du cinéma congolais, qu’en est-il ressorti?
Il faut dire que notre initiative à été bien salué et vivement apprécié et ça avance plutôt bien car nous avons atteint plus de la moitié de nos objectifs et nous travaillons actuellement sur le document cadre portant sur la création du BNCI (bureau national de la cinématographie).
Pourquoi le cinéma?
Parce que c’est le 7ème art et que le 7 est mon chiffre porte bonheur pour preuve je suis né en 1977. Sérieusement je trouve que le cinéma est une forme d’expression complète elle lie l’écrit, l’image, le son, c’est toute la magie de l’homme dans sa forme la plus large possible.
Il est dit que la culture véhicule l’image d’un pays qu’en pensez-vous ?
Pas seulement d’un pays mais de toute l’humanité.
Pays riche d’un patrimoine culturel, mais peu représentatif de l’existence d’un cinéma congolais, pourquoi si peut de films ?
Le Congo n’est pas un cas atypique tout le monde connaît ce problème de carence de production la réponse est simple on a pas assez de moyens. Mais bon j’ai envie de dire qu’avec la création du BNCI ce problème connaitra un début de solution.
N’avez-vous pas l’impression qu’il faut un regard étranger, validé par des récompenses pour être reconnu dans son pays ?
Qu’est ce que tu veux nul n’est prophète chez soi. En tout cas je trouve cela très bête et surtout ......révoltant.
Comment faire un film ni trop scolaire, ni trop fade mais éducatif et divertissant ?
Commence par me dire dans le sens de ta question qu’est ce que tu entends par scolaire et fade une chose est vraie il y a pas de recette pour faire un film c’est toujours un pari risqué et le réalisateur est le seul responsable de ses choix.
Le cinéma est un art populaire, pourquoi en dehors du CCF, il n’ y a pas de salle de projection ?
Je suis très mal placé pour répondre a cette question
Comment donner envie aux gens de se divertir ?
Inscrire la culture comme une priorité dans l’action du gouvernement.
La vie des autres est une source d’inspiration Qu’est-ce que vous souhaitez partager comme expérience?
Le silence.
Qu’avez-vous réaliser ?
Plusieurs choses j’ai même eu un beau petit garçon il y a 3 ans. J’ai réalisé plusieurs oeuvres tout récemment je viens de réaliser une série intitulée INDELEBILE c’est des portraits de victimes de violences sexuelles et je prépare actuellement mon prochain court métrage «COUPABLE » qui traite du suicide.
Votre parcours n’est pas sans difficultés, pour qu’il y est des films il faut des producteurs, des réalisateurs et des scénaristes entre autres, comment y arrivez-vous ?
Je me pose parfois la même question personnellement j’use du système D c’est avec des amis que je travaille.
Les arts et la culture notamment cinématographique sont des vecteurs d’espoir.
Comment redynamiser ces secteurs ?
Eh bien en nous accordons un peu plus d’attention et je pense que le reste suivra y a pas de remède miracle sinon que la concertation et une bonne collaboration entre les décideurs et les créateurs.
Vivez vous de votre art ?
Curieusement oui.
Vous envisagiez d’écrire sur le métissage au Congo, qu’en est-il ?
Ça bouillonne tellement dans ma tête que je ne sais plus ou j’en suis avec ce projet mais ça avance car je vais toujours au bout de mes idées
A quand l’avant première de votre prochain film ?
Il faut d’abord que je le fasse. Mais la série INDELEBILE sera très prochainement présentée au public.
D’une résistance sur laquelle le temps prend toute sa place, il préfère bien souvent les situations indépendantes ou, du moins, celles qui ne le met pas dans un état de dépendance trop marquée pour mener à terme ses projets.

Espiègle, lucide et volontaire, quelle que soit la voie choisie, il existe incontestablement une détermination traduit dans les péripéties de ses multiples dons artistiques.

Par Patricia Kounkou
Rédigé le Jeudi 17 Février 2011 à 12:37 | Lu 1357 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Lundi 9 Mars 2015 - 07:02 Aké Béda

Mercredi 4 Février 2015 - 14:33 Nappy, ce mouvement conquérant de la planète afro

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter