Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

AMADOU ET MARIAM

Le couple aveugle du Mali

Longtemps surnommés "Le couple aveugle du Mali", Amadou et Mariam promènent leurs notes chaleureuses depuis près de trente ans. Après un long début de carrière en Afrique, le duo s'est imposé sur la scène internationale en deux temps, d'abord avec la chanson "Mon amour, ma chérie" en 1998, puis en 2004 avec l'album "Dimanche à Bamako" produit par Manu Chao.


AMADOU ET MARIAM
AMADOU ET MARIAM
Mariam Doumbia est née à Bamako le 15 avril 1958. Très jeune, elle colle son oreille à l'appareil radio de son père et apprend par coeur toutes les chansons qu'elle entend : celles des vedettes maliennes comme Siramory Diabaté, Mokontafé sako, Fanta Damba, mais aussi les grands standards de la variété française. Dalida, Sheila et Nana Mouskouri n'ont bientôt plus de secret pour elle. Dès l'âge de six ans, elle chante dans les mariages et les baptêmes. La vie de Mariam commence dans un monde rempli de mélodies et de paroles, entourée de l'affection d'un père très aimant. En 1973, l'Institut des jeunes aveugles de Bamako ouvre ses portes. Mariam, qui a perdu la vue à l'âge de cinq ans, fait partie des premiers élèves intégrés et y apprend le braille. Elle y donne également des cours de chants et de danse aux autres élèves.

Amadou Bagayoko est également né à Bamako, le 24 octobre 1954. Il montre très vite des prédispositions pour la musique : après avoir commencé par apprendre les percussions dès l'âge de deux ans, il passe à l'harmonica et à la flûte à dix ans. Mais un de ses oncles possède un instrument qui l'attire plus que tout : une guitare. Pendant son adolescence, il écoute les disques de Jimmy Hendrix, Led Zeppelin, John Lee Hooker, Eric Clapton, se laisse entraîner par les musiques cubaines et, bien sûr, par la chanson malienne. À partir de 1968, il prend part à plusieurs formations musicales : l'orchestre national du Mali, les orchestres de Niarela, de Koutiala. De 1974 à 1980, il joue également au sein des Ambassadeurs du Motel, l'une des formations les plus en vue au Mali qui a compté Salif Keïta parmi ses membres, et avec laquelle il joue en France, en Côte d'ivoire, en Guinée Conakry, en Haute-Volta (actuel Burkina Faso). Parallèlement, ayant perdu la vue pendant son adolescence à la suite d'une cataracte congénitale, il entre en 1975 à l'Institut des jeunes aveugles de Bamako. Auréolé d'un début de succès et surtout passionné par la musique, Amadou séduit Mariam. Et inversement.


Duo à la ville et sur scène

AMADOU ET MARIAM
AMADOU ET MARIAM
À l'Institut, l'accent est mis sur la musique : les élèves forment la troupe de l'Institut en 1976 que dirige Amadou, puis, en 1977, un orchestre dont Mariam est la chanteuse principale. Ces formations présentent des spectacles et animent des campagnes de sensibilisation à la vie des aveugles. 1980 marque le début de leur duo : à la ville, puisqu'ils se marient cette année-là, et sur scène puisqu'ils donnent leur premier concert en couple au stade de Bobo Dioulasso. Chef d'orchestre de la formation Miriya, créée en 1981 et composée uniquement de musiciens aveugles, Amadou est promu directeur technique du groupe artistique de l'Institut, supervisant ainsi la troupe théâtrale, l'ensemble instrumental et l'orchestre moderne. La même année, il est élu secrétaire général de l'AMPSA (Association malienne pour la promotion sociale des aveugles). En 1982, il est lauréat du concours "Découvertes" organisé par RFI et obtient le prix ACCT (agence de coopération culturelle et technique).

L'aventure ivoirienne

Tout en menant une vie de famille (ils ont trois enfants. L'un d'entre eux est aujourd'hui musicien de hip-hop), le couple, qui évolue désormais en toute autonomie, commence à se faire connaître dans tout le Mali. En 1985, le duo effectue une tournée de trois mois au Burkina Faso. Puisque les possibilités d'enregistrement sont réduites au Mali, ils partent vivre en Côte d'Ivoire en 1986. À Abidjan, ils rencontrent le producteur nigérien Maïkano et entrent en studio en décembre 1988. De ces sessions sortiront deux cassettes, intitulées "Volumes1" et "Volume2" et commercialisées en mars 1989. Le succès est très vite au rendez-vous et ceux que l'on surnomme "Le couple aveugle du Mali" multiplient les prestations en public. En décembre, ils animent à Abidjan un gala en compagnie de Stevie Wonder, Cool and The Gang, puis participe l'année suivante à un hommage à Fulgence Kassy (célèbre animateur ivoirien de l'émission télévisée Première Chance) avec plus d'une trentaine d'artistes. En février 1990, Amadou et Mariam retournent en studio, avec le même producteur, pour enregistrer les morceaux qui figurent sur les cassettes "Volume 3" et Volume 4", sorties en 1991.

Cette année-là, ils retournent au Mali, via le Burkina Faso, et y font une grande tournée. En 1993, ils peuvent enfin enregistrer leur première cassette malienne, toujours produite par Maïkano. Leur succès n'est ressenti qu'en Afrique ou dans les milieux africains d'Europe. Amadou et Mariam en veulent davantage ! Fin 1994, ils sont invités à se rendre à Paris pour jouer et enregistrer. Mais la cassette ne sortira malheureusement jamais en Europe.

"Mon amour, ma chérie"

Retour en France en 1997 : ils enregistrent leur premier CD, distribué en Europe, qui sort en 1998. Intitulé "Sou Ni Tilé" (Nuit et jour) et composé en partie d'anciens morceaux, il contient notamment la chanson "Mon amour, ma chérie" qui les fait connaître rapidement. En décembre 1997, ils se produisent aux Transmusicales de Rennes. Peu de temps après paraît le CD "Se Te Djon Ye" qui réunit d'anciens enregistrements, puis un nouvel album en 1999 : "Tje Ni Mousso" (L'homme et la femme). Leur carrière commence à prendre une dimension internationale : ils sont invités à jouer Festival international de Louisiane, en Allemagne. En 2001, ils sont sur la scène des Eurockéennes en France. En 2002, sort l'album "Wati" (Le temps)sur lequel ils ont invités à leurs côtés leur compatriote Cheick Tidiane Seck mais aussi Jean-Philippe Rykiel et Sergent Garcia. Cette même année, ils se produisent entre autres à Los Angeles, au Festival de Montreux, au festival Musiques Métisses d'Angoulême avant de se rendre au Mali en 2003 pour une tournée.

Manu Chao

Approchés par Manu Chao, qui a eu un véritable coup de foudre en découvrant leur musique, ils commencent à travailler ensemble sur de nouvelles chansons à Paris en septembre 2003, puis terminent l'enregistrement en avril 2004 au Mali, où Amadou et Mariam se sont produits en début d'année, dans le cadre du Festival au Désert, à quelques heures de piste de Tombouctou. Fusion complète de leur musique avec celle de Manu Chao, l'album "Dimanche à Bamako" sort en octobre 2004, et leur permet de toucher un public encore plus large.

Amadou et Mariam composent toujours en bambara, quitte à traduire ensuite, et chacun de leur côté. Chacun apporte ensuite des modifications aux créations de l'autre. À travers leurs albums, ils se sont révélés les champions des mélanges et des collaborations avec d'autres musiciens.



Source RFI Musique

RFI Musique
Rédigé le Dimanche 8 Mai 2005 à 14:12 | Lu 2645 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Lundi 28 Mars 2016 - 12:05 Le jazz éthiopien ne meurt jamais

Mardi 11 Août 2015 - 17:19 "Tombouctou" le nouveau clip d'Inna Modja

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires




MOKÉ TV

    Aucun événement à cette date.



App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube



www.wilfridmassamba.com


Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube