Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

AHMADOU KOUROUMA !

Ils font l'actualité du monde noir

Lauréat du prix Renaudot 2000 pour son livre " Allah n'est pas obligé " publié aux éditions "Le Seuil"


AHMADOU KOUROUMA !
Né il y a environ soixante-treize ans (en 1927), dans le village de Togobala, dans le nord-ouest de la Côte d'Ivoire, Kourouma, descend d'une grande famille de guerriers - chasseurs malinkés, un sous-groupe des Mandingues, qui ont rayonné à travers l´Afrique de l´Ouest pendant plusieurs siècles.

Après une vingtaine d'années passées en exil, il est aujourd'hui installé à Abidjan où il vit une retraite encore très active.
Premier, parmi les auteurs africains de langue française, à oser sortir des cadres académiques et tenter de nouvelles " expériences " en écriture, il ne cache pas son admiration pour Céline, son écrivain préféré, auteur notamment de " la vacherie universelle".
Pour le lauréat du prix Renaudot 2000, la langue française " n'est pas un tombeau gardé par l'académie, mais un humus propre à l'invention verbale ". Il s'autorise par conséquent à " saupoudrer " Les Soleils des indépendances, son premier roman, de tournures malinkés, sans que cela devienne du chinois pour les lecteurs non malinkés.

Bibliographie :

Les Soleils des indépendances, roman, (Le Seuil 1976) ce premier ouvrage est une fiction inspirée par la période de la décolonisation.
Monnè, Outrages et Défis, roman, (Le Seuil, 1990), se déroule de 1860 à la fin des années 50 et relate l'arrivée en Afrique des Français menés par Faidherbe.
Le Diseur de vérité, pièce de théâtre, (Editions Acora, 1998)
En attendant le vote des bêtes sauvages, roman, (Le Seuil 1998) prix du livre Inter
Allah n'est pas obligé, roman, (Le Seuil, 2000) lui a été inspiré et demandé par des enfants, rencontrés à Djibouti, qui fuyaient la guerre civile en Somalie.
Il a également écrit des romans et contes pour enfants.
Plusieurs de ses ouvrages ont été traduits en diverses langues notamment en Anglais, Allemand. Divers auteurs se sont penchés sur le " cas " Kourouma, et lui ont consacré quelques pages, notamment :
Makhily Gassama : La Langue d´Ahmadou Kourouma ou le français sous le soleil d´Afrique (Karthala).
Madeleine Borgomano : Ahmadou Kourouma, le " guerrier " griot, (L´Harmattan)


blackmap
Rédigé le Lundi 20 Janvier 2003 à 00:00 | Lu 599 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mercredi 28 Novembre 2018 - 01:45 Hem' sey Mina

Lundi 9 Juillet 2018 - 23:24 Seun Kuti

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter