Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

50 ans de carrière pour Bonga

L’ambassadeur des musiques d’Angola

A la fin du mois de septembre 2006, Bonga Kuenda, dont le nom signifie «le pionnier», «celui qui voit, qui est devant», artiste et personnalité musicale angolaise que l’on ne présente plus, fêtait à Lisbonne ses 50 années de musique à seulement 64 ans.


Bonga
Bonga
Connu du grand public depuis le début des années 70 quant il commit quelques tubes inoubliables souvent à la mémoire de son Angola natale déchiré par les conflits et les guerres, à l’instar de Angola 72, Bonga avait déjà une carrière ancienne commencée dans son pays avant son séjour au Portugal, puis son exil en Hollande.

Après avoir longtemps partagé sa vie entre le sport dont il fut un grand champion d’athlétisme dans les catégories du 100, du 200 et du 400 mètres, il embrassa définitivement la musique alors qu’il résidait au Portugal. Il faut dire que sa vie clandestine d’anticolonialiste et résident dans ce pays colonial devenait intenable, ce qui lui valu son exil en Hollande. Et ce sont aussi ses convictions qui firent du né José Adelino Barcelo de Carvalho, le Bonga Kuenda qui souffle sur ses cinquante ans de musique.

Quelques hauts et bas dans les années 80 et un retour en force la décennie suivante avec la maison Lusafrica qui a fait redécoller l’ambassade de la musique angolaise, Bonga l’institution.

En fait d’Angola, Bonga y est né en 1943 à Kipiri dans un milieu modeste, au sein d’une famille bercée par la musique -son père était accordéoniste. Il vit dans la banlieue de Luanda et s’intéresse vite aux rythmes traditionnels, dont le Semba, ancêtre de la Samba brésilienne qui retrouva son droit de cité contre les tentatives assimilationnistes coloniales. Son éternelle Likanzas, ce morceau de bambou qui sert d’instrument martèle bien ce choix et ces convictions de retour aux sources africaines.

La musique de Bonga sonne très Afrique centrale, inspirée du Semba, avec des accents qui emprunteront au Soukouss, son ère culturelle régionale, et le côté chaloupé des musiques lusophones. Son timbre vocal inoubliable et sa voix éraillée font le charme de ce phénomène artistique et de sa longévité. Au-delà de la musique Bonga a su, au péril de sa carrière prendre ses distances avec les autorités de son pays dont il n’a pas hésité à critiquer la politique. Son honneur d’homme et sa dignité n’en ont été que renforcés.

Pour ces 50 ans d’une longue carrière presque sacerdotale en faveur de ses deux patries, l’Angola et la musique, souhaitons à ce grand homme de continuer de nous donner de cette énergie qu’il a assurément en abondance, vérité, bonne humeur, force de conviction. En écoutant le titre de la compilation Força Angola, écrite pour encourager les Palanca negra au Mondial 2006, chacun s’en rendra vite compte …


Source Afrikara.com
Bonga.mp3 Bonga.mp3  (2.55 Ko)


Ze & Ne Nzinga
Rédigé le Jeudi 19 Octobre 2006 à 17:03 | Lu 2311 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Lundi 28 Mars 2016 - 12:05 Le jazz éthiopien ne meurt jamais

Mardi 11 Août 2015 - 17:19 "Tombouctou" le nouveau clip d'Inna Modja

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter