Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

40e nuit des Césars

"Timbuktu" a tout cassé

Le film franco-mauritanien d'Abderrahmane Sissako a raflé pas moins de sept prix, dont celui du meilleur réalisateur et du meilleur film.


Abderrahmane Sissako et son épouse
Abderrahmane Sissako et son épouse
La chronique de la vie quotidienne dans un nord-Mali sous la coupe réglée des djihadistes a convaincu dans les salles, mais aussi les professionnels de l'Académie des arts qui décernent les Césars. Nommé à huit reprises, Timbuktu a reçu les césars du scénario, du montage, du son, de la photo et de la musique et, cerise sur le gâteau, celui de meilleur réalisateur et du meilleur film. Il faut dire qu'il était le grand favori de la soirée face à Saint Laurent de Bertrand Bonello, sur la vie du couturier français, un film qui est reparti presque bredouille. À côté de Timbuktu, une autre note africaine : l'acteur franco-algérien Reda Kateb, qui a reçu le césar du meilleur second rôle masculin pour son interprétation d'un médecin dans Hippocrate de Thomas Lilti.

Le triomphe d'une séquence pour la liberté et la fraternité

Pour revenir à Timbuktu, on peut dire que son triomphe a ponctué une séquence de résistance pour la liberté, mais aussi d'ode à la fraternité civilisationnelle comme on en voit rarement. "La France est un pays magnifique, parce qu'elle est capable de se dresser contre l'horreur, contre la violence, l'obscurantisme", a dit Abderrahmane Sissako, en référence aux immenses manifestations dans l'Hexagone qui ont suivi les attentats du 7 au 9 janvier à Paris. Et d'ajouter : "Il n'y a pas de choc des civilisations, ça n'existe pas. Il y a une rencontre des civilisations." Devenu le premier cinéaste d'Afrique noire à recevoir le césar du meilleur réalisateur, Abderrahmane Sissako a poursuivi devant la presse : "Il faut croire que l'humanité est capable d'un sursaut face à l'horreur." "Le cinéma joue son rôle dans ce sursaut-là, et c'est merveilleux", a-t-il déclaré.

Les réactions enthousiastes des autorités françaises
"Après l'épreuve que la France vient de traverser, le dialogue des cultures, la découverte de l'autre, la création sous toutes ses formes sont une réponse forte au sectarisme, à l'intolérance et à tous les fanatismes", a indiqué la ministre de la Culture et de la Communication. Dans un communiqué, Fleur Pellerin a adressé ses "chaleureuses félicitations", précisant que "dans un monde qui tend à s'uniformiser, la France fait entendre une autre voix, celle de la diversité de la création, de l'audace, de l'ouverture". À son tour, le Premier ministre français Manuel Valls y est allé de son mot. Il a salué samedi sur son compte Twitter le "sacre mérité" du film. "Il faut résister à la barbarie", a-t-il ajouté.

Et ce n'est pas fini...
Véritable éclairage sur l'extrémisme, un thème actuel avec une résonance politique particulière dans toutes les sociétés, africaines, occidentales, orientales, Timbuktu est aussi, il faut le rappeler, d'actualité, en course pour l'oscar du meilleur film étranger. Celui-ci devrait être décerné dimanche. Il y a fort à espérer que Timbuktu, célébrant la tolérance face à l'obscurantisme, inspiré de faits réels dans le nord du Mali tombé en 2012 sous la coupe de groupes djihadistes liés à al-Qaida, tirera son épingle du jeu.

Source lepoint.fr

Malick Diawara
Rédigé le Samedi 21 Février 2015 à 14:56 | Lu 405 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Vendredi 16 Juillet 2021 - 22:14 Sardoine Mia

Jeudi 7 Janvier 2021 - 12:25 Henri Lopes

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter