Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

la joie des amateurs de cinéma

Le théâtre international de langue française

une projection exceptionnelle du film FRONTIERES de Mostéfa Djadjam

le mardi 10 juin à 16 h

en présence de l'équipe du film
au MK2 Quai de Seine - 75019 Paris

tarif préférentiel TILF : 4 euros (dans la limite des places disponibles et
uniquement sur réservation au TILF
Tél. 01 40 03 93 95)


Dans le cadre du festival LA SUITE AFRICAINE

la joie des amateurs de cinéma
FRONTIERES
Mostéfa Djadjam
France-Algérie
2001, 105 min, 35mm
Scénario : Mostéfa Djadjam et Agnés de Sacy
Image : Pascal Lagriffoul
Montage : Pauline Dairou
Musique : René-Marc Bini
Avec : Lou Dante, Clarisse Luambo, Ona Lu Yenke, Diocounda Koma, Tadié
Tuene, Meyong Békaté, Delvelin Matthews
Production : Vertigo


Synopsis :

Rêvant d'un Occident riche et démocratique, un groupe d'Africains composé de six
hommes et d'une femme décide d'immigrer clandestinement en Europe.
Tout au long d'un périlleux voyage les menant à travers le Sénégal, la
Mauritanie, l'Algérie et le Maroc, se crée un sentiment d'entraide, mêlé de
calculs et de solitude. Mais cette belle solidarité va se désintégrer à
l'approche du passage du détroit de Gibraltar.


" Guinée, Sénégal, Togo, tous des enfants du général De Gaulle ! ".
Ce slogan, lancé non sans ironie par un passeur, ouvre le film comme pour
réveiller un lien fantomatique entre l'Afrique et l'Occident. Aussi cette phrase
vient souligner le dénominateur commun de la plupart des voyageurs clandestins
africains que nous fait suivre Frontières, celui de la langue française.
Mais les traces de l'histoire coloniale s'arrêtent ici, et c'est dans le présent
que Mostéfa Djadjam installe son film en voulant rendre compte de " la dernière
des grandes aventures humaines ", celle de l'immigration clandestine.
Le regard du réalisateur tient les clichés à distance en se posant sur des
clandestins qui ne sont ni des bannis, ni des réfugiés politiques en fuite.
L'espoir même d'une possible réussite financière semble passer au second plan
dans l'esprit de ces personnages.
Ils veulent tout simplement migrer vers un idéal, par soif de réponses, par
curiosité, ou par amour.

L'esprit aventureux qui les anime est très proche de celui qui poussait les
participants à une autre grande aventure humaine du passé : celle des pionniers
de l'Ouest Américain au cours du XIXème siècle. On peut d'ailleurs à bien des
égards, envisager Frontières comme une sorte de mutation du western où les
personnage partiraient des territoires vierges dans l'espoir
d'intégrer le vieux continent.
D'autant plus que les clandestins de Djadjam sont des modèles très typés: il y a
l'amoureux, le baroudeur, l'instituteur, la femme bafoué, le mage.Ce qui n'est
pas sans rappeler le dispositif "
fordien " de La chevauchée fantastique.
Ce dispositif facilite l'observation des comportements humains. Nous somme donc
invités à suivre des individus pris dans une mécanique implacable, celle de la
hausse des prix pratiquée
par les passeurs et d'une surenchère de prises de risques, due à leurs position
de clandestin. Mostéfa Djadjam met sensiblement l'accent sur leur
marchandisation. Evitant l'écueil d'un misérabilisme trop pesant, Djadjam trouve
la voie d'une mise en scène sobre et limpide qui manie avec aisance un mélange
d'éléments réalistes et abstraits, exploitant les multiples aspects d'une poésie
de l'errance. Par moments, le passage de frontières peut revêtir l'aspect d'une
véritable discipline sportive, une sorte de gymkhana demandant aux concurrents :
résistance physique, persévérance et stratégie. Certains veulent entretenir
l'esprit d'équipe, d'autres la jouent
"perso" pour contrer le caractère aléatoire des règles du jeu.
Aussi, l'humour s'intègre parfaitement dans le traitement de ce parcours
initiatique, où se dévoile le caractère protéiforme de la nature humaine.
Sipipi, le personnage de clandestin : baroudeur remarquablement interprété par
Lou Dante (acteur non professionnel), va jusqu'à employer ces termes pour
décrire un état de fait : " les temps changent maintenant ce sont les esclaves
qui paient le transport ".

>Projection exceptionnelle suivie d'une rencontre avec l'équipe du film
Le mardi 10 juin à 16h
au MK2 Quai de Seine
14, quai de Seine 75019 Paris
M° Stalingrad ou Jaurès

>dans le cadre du festival la Suite Africaine du 6 mai au 14 juin
au TILF - Théâtre International de Langue Française
Parc de La Villette (derrière la Grande Halle) 75019 Paris
M° Porte de Pantin - 01 40 03 93 95

THEATRE
A l'affiche au TILF : "Les souvenirs de la dame en noir"
Ecrit et joué par Maïmouna Gueye (Sénégal)

Un spectacle violent et tendre qui dit la féminité et ses souffrances, qui dit
la raideur des traditions et les rêves des jeunes filles de douze ans à Paris
comme à Dakar et surtout une langue créative qui joue de la langue française et
des ses ambiguïtés, qui la réinvente et la dépucelle même dans un sourire
malicieux.
Une rencontre corrosive et inattendue.

Dernières représentations : les jeudi 5, vendredi 6 et samedi 7 juin à 20h30.
Offre pour les Amis d'Africultures : un tarif réduit à 13 euros (avec la carte
d'adhérent) au lieu de 18.


Mais aussi des amateurs du?

la joie des amateurs de cinéma
CIRQUE avec notamment le spectacle "Perdre la Tête" (22/05/2003 > 15/06/2003)
Création de cirque contemporain signée Adrienne Larue et Alain Fleischer,
direction musicale Rosine Feferman.

"Il était une fois une magicienne qui, sous son chapiteau, manipulait les
choses. Sa vision se transformait au gré de la musique : sons de contrebasse,
harpe, koras, sabar, djembés et voix. Un jour elle croise plus manipulateur
qu?elle : l?homme propose de la prendre en photo. Vanité fatale ! la transe
commence : apparition de cristal, feu corps improbables, costumes insensés,
jusqu?à en perdre la tête?"

site : http://www.larueforaine.fr

- 16 représentations, sous le chapiteau Larueforaine, les jeudis, vendredis,
samedi à 20h30 et le dimanche à 16h.
Adresse du chapiteau : 62, rue René Binet 75018 Paris
M° Porte de Clignancourt.
Offre pour les Amis d'Africultures : tarif réduit à 8 euros au lieu de 12


? et de la musique du monde :

FESTIVAL MUSIQUES METISSES 28e édition
05/06/2003 > 09/06/2003
à Angoulême
site : http://www.musiques-metisses.com

Théâtre :
5 juin : Danse urbaine: Accrorap - "y a pas de problèmes"

Musique :

- Afrique
Ba Cissoko (Guinée), Bembeya Jazz (Guinée), Eric Aliana & Korongo Jam
(Cameroun), Issa Bagayogo (Mali), Les Cools Crooners (Zimbabwe), Macase
(Cameroun), Malouma (Mauritanie), Orchestra Baobab (Sénégal), Rumbanella Band
(R.D du Congo), Sékouba Bambino (Guinée), Simentera (Cap Vert), Super Rail Band
de Bamako (Mali), Tiken Jah Fakoly (Côte d'Ivoire), Tony Allen (Nigéria), Voz
de Cabo Verde (Cap Vert).

- Océan Indien
El Diablo (Réunion), Françoise Guimbert (Réunion), Granmoun Lélé (Réunion),
Maalesh (Comores), Njava (Madagascar), Rajery (Madagascar).

- Djazaïr, une année de l'Algérie en France
Camel Zekri et le Diwan de Biskra, Ensemble Ahellil de Timimoun, Lalla Fatma,
Les Tontons du Bled

Europe - Inde :
Dupain : France, Kocani Orchestar (Macédoine), Mariza (Portugal), Massilia Sound
System (France), Tao Ravao & Tany Manga (France ? Madagascar), Thierry "Titi"
Robin & Gulabi Sapera (France ? Inde), Zebda (France)

- Le Village Quartiers Lumières :
Le "Village" un espace participatif, multiculturel et convivial.

- Littératures Métisses
Ces rencontres d'auteurs ont pour objectif de faire se croiser des artistes dont
les parcours mélangent allègrement les pays, les langues et les sources
d'inspiration.

Offre pour les amis d'Africultures :
Danse/théâtre : 14 euros au lieu de 17
Concerts Bourgines : 21 euros au lieu de 24
Pass 4 soirées Borurgines : 50 euros au lieu de 60


SANS OUBLIER NOS BONS PLANS !

... Par exemple, avez-vous déjà goûté les délices de la cuisine congolaise au
restaurant BOBOTO (en lingala ça signifie convivialité, chaleur) ?

- Restaurant Boboto
7, rue Pache
75011 Paris
M° Voltaire
Tél. 01 43 70 04 73
Ouvert à midi du jeudi au dimanche et le soir du mardi au samedi.
Site : boboto.site.voilà.fr
Offre pour les Amis d'Africultures : à partir d'un groupe de 4 personnes, la 4°
bénéficie d'une entrée ou d'un dessert gratuit.

En outre, avez-vous remarqué que des magazines proposent des tarifs
préférentiels sur l'abonnement aux Amis d'Africultures ?
NON ?!? alors, rendez-vous à la toute nouvelle page "Magazines" du site
www.africultures.com/amis !
A l'heure actuelle, les magazines concernés s'intitulent "Zanatane"
(www.zanatane.com) et "Planeterre" (www.planeterre.org)? et d'autres vont suivre
!

l'équipe d'Africultures pour vous
Rédigé le Jeudi 5 Juin 2003 à 00:00 | Lu 1421 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Mardi 31 Mars 2015 - 12:02 Le safari sort du circuit

Mercredi 4 Février 2015 - 14:46 Tony Allen

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS





    Aucun événement à cette date.

Afrique - Découvrez gratuitement tous les articles, les vidéos et les infographies de la rubrique Afrique sur Le Monde.fr.



App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube




Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube