Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Un rasta au pays de Pouchkine

Vivre en Russie quand on a la peau basanée

Guera Morales a sans doute “les tresses les plus longues de tout Moscou”. Ce métis d’origine cubaine est à la tête du plus ancien groupe de reggae en Russie. “Novaïa Gazeta” découvre ce rasta élevé dans l’ancienne patrie des soviets.


Guera Morales
Guera Morales
Vivre en Russie quand on a la peau basanée et que l’on arbore des dreadlocks (semblables aux tresses africaines), c’est sûrement que l’on a une idée derrière la tête. Celle de Guera Morales foisonne d’idées nouvelles. Cet artiste a tout simplement l’ambition de diffuser la musique qu’il aime et qu’il vit, le reggae.

Aujourd’hui, ce fameux genre musical aux accents messianiques, né à la Jamaïque, a franchi les portes d’un pays situé aux antipodes des cultures afro-caribéennes. “Ces derniers temps en Russie, écrit ‘Novaïa Gazeta’, le reggae remporte une certaine popularité. Ecouter les chansons de Bob Marley, porter un bonnet vert-jaune-rouge, fonder des groupes s’inspirant de Jah Rastafari [nom donné par les rastas à Dieu, personnifié par l’empereur éthiopien Hailé Sélassié] est à la mode”.

Guera Morales, leader du groupe Jah Division, fait figure de précurseur. Il confie d’ailleurs qu’“au début des années 90 pratiquement personne en Russie ne savait ce qu’était le reggae, ni comment le jouer”. Il a donc fait appel à des musiciens en vogue de la pop russe. La première prestation en public de Jah Division s’est déroulée dans la Maison des journalistes devant une salle comble. “D’emblée, la jeunesse progressiste ­ des punks et des mélomanes ­ nous a adoptés. Elle attendait un tel événement.”

Artiste, Guera Morales l’est. Mais, en tant que rastaman, il tient un discours original sur sa philosophie comme sur son pays d’adoption, la Russie. Il ne partage pas le désir des premières communautés rastafariennes de Jamaïque de retourner en Afrique. Le berceau du reggae ne le fait pas plus vibrer. “La Russie actuelle est bien plus avancée en matière de musique reggae que la Jamaïque”, assure Guera Morales.

Mais cet artiste n’a pas fini de surprendre. Sa version russisante du rastafarisme est des plus originales. Dans son “Manifeste des rastamans de Russie”, daté de 1991, il écrit : “Nous aimons beaucoup notre langue russe natale. La Russie, c’est la patrie de Pouchkine. Or ce descendant d’Ethiopie [il avait un aïeul éthiopien] a été un rastaman à sa façon. D’ailleurs, beaucoup de gens vivent et meurent sans se douter qu’ils sont rastas.”




© Courrierinternational.com
Rédigé le Mercredi 9 Juillet 2003 à 00:00 | Lu 932 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Vendredi 16 Décembre 2016 - 17:10 PATRICIA ESSONG

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS



MOKÉ TV

    Aucun événement à cette date.









App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube






Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube