Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Ségolène Royal

Pour une place au soleil

Retour sur un psychodrame qui a mis à rude épreuve les nerfs des Barons du PS qui ont fait le déplacement en Poitou-Charente, sur les terres de
Ségolène Royal.


Ségolène Royal
Ségolène Royal
Paris, janvier 2006. Laurent Fabius, candidat déclaré à l'investiture socialiste pour la présidentielle de 2007, se voit exprèssement demander par François Hollande alors premier sécrétaire du PS, de retirer sa candidature au profit de Ségolène Royal. Etant donner qu’elle est la mieux placée dans les sondages. Laurent Fabius qui se croyait indétrônable, n’est plus le dauphin rêver des socialiste. Il doit compter avec Ségolène Royal.

Pour faire bonne mesure ils devront s’affronter en primaire au sein du parti et avoir l’adhésion de tous les sympatisants de gauche pour être choisit comme candidat socialiste à l’investiture pour 2007. Octobre 2006, coût de théâtre : Laurent fabius annonce qu’il brigue malgré tout la candidature à l’investiture du PS. Tollé dans l’opinion des éléphants du Parti Socialiste Français. Stupeur à la rue Solférino, au siège du PS. François Hollande, son premier sécrétaire, rêve de mener Ségolène Royal aux portes de l’Elysée, la première femme présidente de la république, la très digne et honarable république française, patrie des droits de l’homme. Oui, l’excitation que cela succite en lui est plus grand que tout ce qu’il n’ aurait jamais pu imaginer, cela dépasse son entendement. Etre le premier a y faire rentrer une femme, qui plus est la siènne.

Mais la reconquête du pouvoir par le PS serait durement compromise si il venait à être représenté par un homme qui a dit non au référumdum sur la constitution européenne, accusé quelque fois d’être un peu trop à droite de la gauche ou à la gauche de la droite. Pour François Hollande il en va non seulement de l’image du parti mais aussi de sa survis au sein même de l’exécutif du parti. Il entreprend donc une visite chez les poinds lourds du PS, Pierre Mauroy, Dominique Strauss-Khan, Bernard kouchner, Martine Aubry, Michel Charasse, Elisabeth Guigou, Jack Lang, passe par la Mairie de Paris, pour consulter, et tater le pouls de candidats potentiels. Deux options émergent, mais aucune ne fait consensus : La désignation de Ségolène Royal et une proposition à Fabius : le perchoir, deuxième personnage de l’Etat. Ségolène à l’adhésion de tous les militants. Elle jouit aussi d’une bonne quôte de popularité au sein de l’opinion publique et la gente féminine en particulier.

Les femmes sont à la mode en ce moment et le courant est plûtot favorable. Regarder en Allemagne, au Lbèria, au Péru et surtout il y a un duel qui arrive, l’opinion imagine très bien un duel pour la présidence américaine entre Hilary Clinton et Condoloriza Rice. La France devrait plûtot en profiter et prendre le train en marche avant les USA en 2008.

Constatons qu’aucun consensus ne se dégage et que Fabius maintient sa candidature, qui entre temps a reçu la visite de Dominique Strauss-Khan, autre prétendant à l’investiture qui a dû se désister en faveur de la chouchou des sondages. Il lui de mande de bien vouloir faire monde honorable, que les enjeux étaient bien plus important que sa propre personne.

Les conciliabules se multiplient. L’entêtement de Fabius laisse perplexe.
Pierre Joxe ex-ministre de l’interieure de « Tonton », premier président de la Cour des comptes, personnage influent du PS, il inspire le repect. A son initiative, un comité des barons du parti est constitué : il comprend Jack Lang, Pierre Mauroy, Martine Aubry, Henry Emmanuelli et Michel Charasse. Ces anciens du PS surtout Emmanuelli d’ailleur, se rendent auprès de Fabius, qui termine une entrevue avec Hollande.
Les discutions sont longuent, se poursuivent durant des heures. Fabius, d’abord inflexible, prend congé de ses interlocuteurs quleques 3 heures plutard en leur répetant : «la nuit porte conseil.» Certains y voient la promesse d’un retrait.

Le lendemain jour de la reprise du congrès, dans les couloirs, les supputations vont bon train. La séssion commence avec 45minutes de retard sur l’horaire. Les visages des poids lourds du partis sont scrutés avec attention. Les traits sont tirés, Joxe a sa tête des mauvais jours. Emmanuelli finit par vendre la mèche a un jounaliste : « Fabius n’ a pas retirer sa candidature.»

Les délégués entrent dans le vif du sujet lorsque les débats reprènnent, vers 9h45. Il se prolonge jusqu’aux premières heures de l’après midi. Fabius reste intraitable. Ségolène aussi. Mais elle ne veut pas aller au vote qui serait source de divisions. Quand les premières fédérations quittent la salle, vers 18h, le blocage est total. Apercevant Elisabeth Guigou, venue aux nouvelles, Ségolène lui glisse à l’oreille : « C’est la chienlit, il est têtu ! ». Finalement, pendant le dîner donner par le premier sécrétaire, un début de solution se dégage.

Vers 8 heures, le lendemain, les premières indiscrétions filtrent : Ségolène a gagnée. En échange du retrait de sa candidature, Fabius a obtenus le perchoir en cas de victoire et en cas de faite, la direction du parti.

Le PS n’a pas signé de chèque en blanc à Fabius. Explication de Emmanuelli : « La présidence du parti reviendra à Fabius si le parti pert les élections. A condition, bien sûr, que les militants votent à une large majorité la désignation de Fabius. Ce qui est moins sûr, puis qu’une grande partie des militants lui en veule d’avoir semer la zizanie dans la maison à la rose.

WILFRID MASSAMBA / Basango.com
Rédigé le Mercredi 22 Février 2006 à 09:19 | Lu 3038 commentaire(s)





1.Posté par siungbo zulkiff le 18/04/2008 22:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
salut
moi c'est zul je suis un beninois en classe de terminal
et je veux coorespondre avec vous
vous faites quoi dans la vie

2.Posté par siungbo zulkiff le 18/04/2008 22:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
salut
moi c'est zul


À lire aussi :
< >

Vendredi 16 Décembre 2016 - 17:10 PATRICIA ESSONG

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS



MOKÉ TV

    Aucun événement à cette date.









App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube






Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube