Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Lilian Thuram

Thuram ébranle le Sarkozysme et rompt l’indifférence autour des Expulsion

Lilian Thuram, éminent champion sportif et grand monsieur hors de ses terrains de fonction, s’est forgé en peu de temps, une stature courageuse et éclairée de défenseur des valeurs républicaines de dignité humaine, de diversité ethnique, et d’ouverture culturelle. Français guadeloupéen afrodescendant sans complexe, il incarne désormais les avant-postes d’une résistance et d’un combat méritoires contre les idéologies rétrogrades, maximisées en générale en période électorales, qui instrumentalisent les sentiments de peur de l’autre, de xénophobie, de négrophobie en l’occurrence pour une partie de la classe politique française.


Lilian Thuram
Lilian Thuram
L’indignation de Thuram, par ailleurs membre du Haut Conseil à l’Intégration, devant l’incrustation et la banalisation des traitements irrespectueux, inhumains infligés notamment aux Noirs d’origine africaine n’est un secret pour personne. Et plusieurs sorties l’ont déjà emmené à condamner ce qui s’apparente à une politique d’Etat, presque l’unique qui fasse les grands titres depuis deux ans en continu, la désignation univoque d’une communauté de phénotype en victimes expiatoires des maux dont la France autorisée se plaint.

Les rentrées scolaires, moments traditionnellement porteurs en audimat focalisent les médias et les attentions sur les événements qui démarrent les cycles politiques, sociaux, professionnels. Comme par hasard les deux dernières rentrées des classes, 2005 et 2006 ont été marquées par les rodomontades policières et les déclarations à l’emporte pièce des tenants de la ligne «expulsionniste», sécuritaire et atlantiste de la gouvernance de la maison France. Les images de familles éparpillées, des bébés ébahis ou apeurés, de la soldatesque investissant l’intimité des foyers, généralement de Noirs, envoient des messages subliminaux à la «bonne France» : ce sont eux le problème, nous allons les jeter dehors, nous les «vrais de souche» … Même de souche hongroise.

C’est dans ce contexte de fin de vacances agitées que survient l’évacuation spectacle d’un immeuble habité irrégulièrement par des centaines de Noirs d’origine africaine en région parisienne à Cachan. Entourée d’une muflerie politique aboyant sur les familles de parents sans-papiers d’enfants scolarisés, qui a largement justifié que sans chiffres précis la presse s’empresse d’emboîter le pas à la propagande du ministère de l’Intérieur sur «les 1000 de Cachan» «en majorité sans titres de séjour», la politique d’expulsions est relancée à plein tubes. Objectif 25 000 reconduites aux frontières pour la fin 2006. Peu importent les conditions, le respect de la dignité des expulsés, les effets désastreux sur le regard des autres Français vis-à-vis d’une catégorie de la population partageant l’espace de la république, jetée comme du papier après usage du territoire national, ravivant les pires préjugés. Seuls l’arithmétique et l’affichage du chiffre démagogique urgent dans la marche obsessionnelle vers le pouvoir.

En invitant comme c’est son droit le plus absolu, des sans-papiers à assister à un match-signe de l’équipe de France où la sélection des Bleus a remporté un succès sans appel sur l’Italie avec trois buts de Govou deux fois et Henry une fois, au temps dire un originaire du Bénin et un Antillais, Thuram, a marqué des points. Pis pour les politiques, il a entraîné dans son sillage le capitaine de l’équipe de France Patrick Vieira, un de ceux qui passaient jusqu’ici dans la communauté noire pour un «bounty», rechignant à se mouiller plus que pour parler crampons et couleurs de maillots. Ce précédent pourrait annoncer une montée en puissance des sportifs et figures médiatiques noires contre le rouleau compresseur du mépris, d’une forme de racisme d’Etat consistant à appliquer ostensiblement des mesures, discours, effets d’annonce dégradants ciblant une communauté reconnaissable à sa différence physique ou culturelle, dans un schéma qui laisse supposer une infériorité de droit, de reconnaissance humaine. On se souvient des menaces de Yannick Noah de quitter la France si Nicolas Sarkozy était élu président de la république, les initiatives de Thuram et Vieira pourraient réveiller les champions d’athlétisme, de basket, de Handball, etc.

La prise de position forte de Thuram sur la question des expulsions instrumentalisées de locataires noirs irréguliers touche le talon d’Achille des mobilisations des Noirs en France. Sur la situation des sans-papiers comme celle des mal-logés, des incendiés, une trop grande indifférence de fait sépare les Noirs s’imaginant «intégrés» de ceux considérés «exclus». Certes la fragilité des statuts y fait, mais les Noirs de nationalité française justement restent absents des mouvements de solidarité à défaut de protestation. Il est vrai la précarité médiatique des Noirs est encadrée et «monopolisée» par des associations, ONG humanitaires ou sociale qui ne semblent en générale pas très prêtes à laisser s’établir des liens de proximité entre Africains et originaires d’Afrique exclus en désaffection sociale et plus ou moins inclus.
La prise de conscience du véritable pouvoir démocratique du nombre fait encore défaut, et les premiers pas des actions militantes à impact national à l’instar de l’invitation des sans-papiers au stade de France sont susceptibles de faire réaliser un saut qualitatif citoyen décisif aux membres frileux de la communauté noire.
Lilian Thuram est tout de même encore sportif de haut niveau et sera encore un moment rattrapé par ses obligations professionnelles, ce serait par conséquent trop lui demander que de se démultiplier sur tous les fronts de la demande nationale de république. Si on lui dit un grand bravo le chapeau tiré bien bas, on ne saurait faire plus vibrant appel à ce que très vite d’autres prennent de la graine de cet engagement contre l’indifférence de tous et pour une victoire irrémédiable sur les nostalgiques des empires coloniaux et négriers.


Source:Afrikara.com

http://www.afrikara.com http://www.afrikara.com


Afrikara.com
Rédigé le Jeudi 14 Septembre 2006 à 10:41 | Lu 2470 commentaire(s)





1.Posté par obondzo henry fernand le 14/05/2007 16:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
sisi frere tutu thuram toi en tout cas te un bon

je t aime bien pr ta facon de t'exprime te un vrai noir qui belle et bein envie de la liberte humaine sisi tutu sisi frere

2.Posté par Lonsi Koko Gaspard-Hubert le 26/11/2008 22:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Marche de soutien à la République Démocratique du Congo

Unissons-Nous contre la guerre d'occupation de la République Démocratique du Congo et l'extermination de la population du Kivu par les rebelles et leurs alliés rwandais pour :
- Condamner le plus grand génocide depuis la Seconde Guerre mondiale (plus de 5 millions de victimes) ;
- Agir contre les viols de femmes ;
- Demander à la communauté internationale d'éviter la catastrophe humanitaire au Congo ;
- Dénoncer l'exploitation des richesses congolaises, dont le Coltan, par des prédateurs.

Marche de soutien contre l'impunité et l'indifférence
Samedi, 29 novembre 2008 à 13 h 00
du métro Château Rouge (ligne 4) à la place de la République

Soki yo te, NANI lisusu ?
---
Sites : http://paixenrdc.jimdo.com/ ou http://www.facebook.com/event.php?eid=45197635986&ref=nf


À lire aussi :
< >

Vendredi 16 Décembre 2016 - 17:10 PATRICIA ESSONG

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS



MOKÉ TV

    Aucun événement à cette date.









App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube






Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube