Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Les Fureurs du destin

Clémentine Castel-Ndzié

La Camerounaise Clémentine Castel-Ndzié signe un premier roman sur une Africaine prostituée à Paris.


Les Fureurs du destin
Les Fureurs du destin
Elle est noire, camerounaise, et prostituée. Il est blanc, breton, beau gosse, et plutôt de bonne famille. Ces deux êtres que tout sépare, le trottoir parisien sur lequel elle officie va les faire se rencontrer.
Nanny, c’est son nom, a choisi comme d’autres Africaines en France la prostitution comme moyen de s’en sortir : pas de proxénète sur son dos, des clients choisis, une « offre » haut de gamme, bref, la jeune femme vit correctement et assume la vie qu’elle nous offre en confession. Les Fureurs du destin, c’est en effet d’abord le récit à la première personne de son histoire.
Dans sa nudité, sans honte ni pudeur, Nanny raconte son quotidien : les trottoirs des beaux quartiers de Paris arpentés la nuit durant, les passes, en voiture ou chez elle, les fantasmes de ces messieurs, le tout avec une crudité dont il vaut mieux être averti.
Elle pourrait terminer sa carrière qu’on imagine courte (la fille est économe et prévoyante), quand surgit un jeune client, Yan. Et il revient, tous les 17 du mois précisément. On assiste entre lui et elle à ce moment délicat et critique où la relation, de vénale qu’elle aurait du rester, bascule dans le sentiment, que dis-je, dans l’amour, et pas le plus simple : une passion en dents de scie où alternent la détestation et la fusion entre ces deux êtres si différents. Bientôt, un nouvel élément vient compliquer cette histoire déjà peu banale, quand Nanny découvre sa séropositivité. Au final, sa vie en sera définitivement modifiée.
A la fois confession, roman, reportage, Les Fureurs du destin tente d’éclairer cet univers méconnu et méprisé de la prostitution. Mais c’est surtout un roman d’amour, aussi atypique soit-il. La langue est dure, sans concession, violente parfois, mais rend une certaine réalité des sentiments. Notons la couleur africaine de nombre de tournures. Petite déception, la relative brièveté du récit fait la part belle au romanesque et ne développe peut-être pas assez le tableau d’un milieu – la prostitution et notamment celle africaine – qui gagnerait à être mieux connu. Il faut néanmoins souligner ce premier roman de Clémentine Castel en attendant la suite.

Les Fureurs du destin, de Clémentine Castel-Ndzié
Ed. Osmondes
Prix : 20 euros

Noël Lebeaupin / Blackmap.com
Rédigé le Vendredi 12 Mars 2004 à 00:00 | Lu 2627 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mardi 25 Octobre 2016 - 16:21 HEM'SEY MINA

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires



MOKÉ TV

    Aucun événement à cette date.









App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube






Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube