Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

L’ OEA finance une campagne visant à rétablir des droits de 15000 afrobolivianos

Par Daniel Espinoza Andaveri

Coroico (La Paz), (ABI).- Pour mettre fin à l’exclusion et renforcer la démocratie par le biais de l’exercice du droit constitutionnel à l’identité des afroboliviens, la Direction Nationale du Registre Civil a lancé une campagne d’inscription gratuite pour qu’au moins 15000 personnes accèdent au certificat de naissance et au document d’identité.


L’ OEA finance une campagne visant à rétablir des droits de 15000 afrobolivianos
La campagne est lancée presque 200 ans après l’abolition de l’esclavage dans la région et plus de 50 ans après la restitution des droits politiques aux boliviens.

La campagne est parrainée par l’Organisation des États Américains (OEA) et le Centre Afrobolivien pour le Développement Intégral et Communautaire (CADIC).

On estime à 35 000 les membres de la communauté afrobolivienne - dont la moitié est installée dans les localités Nor et Sud Yungas de La Paz, y compris la province Inquisivi – qui ne disposent pas de documents accréditant de leur citoyenneté.

"La réalisation de cette campagne s’avère utile quand on considère que le fait de ne pas disposer d’une identité signifie que l’on est invisible et qu’il nous est impossible d’exercer pleinement notre citoyenneté, surtout quand il s’agit d’une communauté qui fut oubliée", précise Jorge Medina, président du CADIC.

Le certificat de naissance et le certificat d’identité gratuite pour les afroboliviens n’ayant pas de papiers vise à établir "les mêmes conditions de droits que tout bolivien et toute bolivienne des zones urbaines et des zones rurales " détient conformément au régime constitutionnel en vigueur, souligne-t-il.

Accompagnée de musique et de danse pour la dignité afrobolivienne et l’unité des boliviens, cette campagne a débuté dans la localité de Mururata et s’étendra dans les communautés voisines de Coroico, Coripata, Chulumani, Irupana et Cajuata.

La campagne gratuite d’enregistrement civil vise à inscrire les citoyens afroboliviens sans limite d’âge ni de sexe.

Une correction des données de ceux qui rencontrent des difficultés parce leurs noms et leurs prénoms ont été mal écrit sera également réalisée.

L’enregistrement a débuté à Mururata et devait se poursuivre au courant du mois de juillet à Coripata, Coroico, Irupana, Chulumani, Cajuata, et se terminer début août.
L’inclusion de la communauté afrobolivienne dans la nouvelle Constitution Politique de l’État permet sa participation dans les politiques d’intérêt national et dans le domaine culturel.

Pour combattre l’exclusion sociale, la Constitution consolide comme politique d’État la révolution démocratique et culturelle qui indique, parmi ses principaux objectifs, la construction d’une nouvelle identité nationale basée sur le respect mutuel, la valorisation du collectif et la diversité pour rompre avec la culture colonisatrice.

"Le peuple bolivien est formé par l’ensemble des boliviens et les boliviens appartenant aux zones urbaines de différentes classes sociales, aux nations et aux peuples indigène, paysans et aux communautés interculturelles et afroboliviennes ", indique la nouvelle Constitution bolivienne.

La majeure partie de la population afrobolivienne s’est installée dans les zones de Tocaña, Chijchipa, Chicaloma, Villa Remedios, Mururata.

Traduit de l’Espagnol par guy Everard Mbarga

ABI

Guy Mbarga
Rédigé le Lundi 20 Juillet 2009 à 17:09 | Lu 1224 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Vendredi 5 Juin 2009 - 16:33 CHILI

Mercredi 3 Juin 2009 - 04:28 L’africainité des Amériques

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Afro Latino



MOKÉ TV

    Aucun événement à cette date.









App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube






Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube