Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

L’Influence de la Sculpture d’Afrique dans l’Art Européen

Pendant la colonisation, les richesses de l’art traditionnel africain ont commencé à voyager au-delà des frontières.


Modigliani femme aux yeux bleu 1917
Modigliani femme aux yeux bleu 1917
Au tournant du dernier siècle, les artistes européens étaient à la recherche d’une libération de l’art et à une façon de penser occidental. L’avant-garde dirigeante dans la capitale culturelle Paris a favorisé le changement de l’art accentué sur la perception pour un art conceptuel. Au cours de cette réflexion, les artistes européens se sont intéressés à l’art primitif, avec son style abstrait. L’art tribal a changé le monde artistique du 20ème siècle et il semble qu’il a exercé une grande influence sur le cubisme, à ses débuts.

Pendant la colonisation, les richesses de l’art traditionnel africain ont commencé à voyager au-delà des frontières.
Pierre Savorgnan de Brazza, l’explorateur Franco-italien, est rentré en Europe après ses voyages au Congo Français autour de 1900. Il a ramené avec lui des trésors de sculptures et des masques de « l’art nègre » (comme on appelait cet art exotique à l’époque) et il les a exposés au Musée d’Histoire Naturelle à Paris. L’exposition a été baptisée : « Expédition Afrique ». En mettant l’accent sur les aspects formels et structuraux, les Africains ont dominé l'art abstrait bien longtemps avant les Européens. L’exposition fut un énorme succès avec près de 30.000 visiteurs. Aussi le musée d’Ethnographie du Trocadéro (nommé plus tard Musée de l’Homme) a montré des œuvres d’art africain. Parmi les visiteurs étaient des artistes de l’époque de la génération de Picasso qui étaient tous de grands admirateurs de l’art “primitif” et les premiers à trouver ces sculptures artistiques. Alors ils commencèrent à comprendre cette forme abstraite et radicale, contradictoire à la mimesis – l’imitation de la nature. Picasso, Derain, Matisse et bien d’autres ont trouvé dans l’art africain une liberté qui leur a manqué dans les structures rigides issues de la Renaissance. Ces œuvres étranges avaient une expression bien plus forte que les formes de l'académisme. La fascination était si grande que les artistes ont commencé à collectionner des œuvres d’art africain pour les étudier et les prendre comme modèle pour leurs futures œuvres. Ils en avaient tous des collections remarquables, parce qu’ils voyaient dans ces objets africains non pas de simples curiosités comme les colons qui les avaient rapportées en Europe, mais de l'art. Ces artistes ne s’y intéressaient pas seulement pour leur signification ethnologique ou les aspects de leurs symboles religieux et spirituels. Ils en admiraient aussi la beauté et la forme nouvelle, simplifiée et abstraite.
b[

Masque-fang ngil gabon
Masque-fang ngil gabon
Au tout début du siècle, André Derain (1880-1954) s'enthousiasme pour des objets vus dans les salles du Musée du Trocadéro. Il convainc Maurice de Vlaminck (1876-1958) de lui vendre ce masque blanc. Nous sommes en 1906. Il accrochera ce masque Fang au mur de son atelier et selon Vlaminck, « quand Picasso et Matisse le virent chez Derain, ils en furent eux aussi retournés.
 Dès ce jour, ce fut la chasse à l’Art Nègre ».
Franck Burty Haviland, (1878-1972), artiste français peu connu dans l’histoire de l’art est probablement un des premiers à s’inspirer des masques : Portrait de Joséphine, 1903

Georges Braque (1882-1963) a indiqué que les masques africains lui avaient ouvert un nouvel horizon. Son inspiration de l’Afrique est bien vue dans son œuvre « Le Grand Nu »,1907.
Amedeo Modigliani (1884-1920), intéressé principalement par la figure humaine, a trouvé dans les masques des peuples Baoulé, Ibo et Fang, une source exceptionnelle d'inspiration. La forme de ses visages allongés ressemble fort à ceux des masques Fang : la peinture « Jeune Femme aux Yeux Bleus», 1917, et le masque Fang Ngil du Gabon. Aussi le visage de la sculpture « Tête » de 1911 ressemble fort à un masque Fang.

Emil Nolde (1867-1956) était fasciné par la sculpture traditionnelle, ses expressions grotesques pleines de force et de vie avec une forme parfaitement simplifiée, ainsi que son caractère authentique absolu. 1913 – 14, il avait l’opportunité de participer à une expédition dans les mers du Sud. Cette inspiration des peuples indigènes a trouvé son reflet dans la « nature morte aux masques », 1911 (et « Figure et masque », 1911 Les couleurs vives et la forme abstraite et grotesque a influencé la représentation de la figure humaine dans l’œuvre de Nolde.
Henri Matisse (1869-1954). Matisse n’était pas seulement un des premiers à s’inspirer des sculptures tribales, mais il s’intéressait aussi beaucoup à ces tissus colorés et pleins de formes géométriques. Vu dans ces tableaux qui datent de plusieurs années plus tard, comme Femme au manteau violet, 1937, Son « Portrait de Madame Matisse », montre bien l’influence d’un masque. Portrait de Madame Matisse, 1913, huile sur toile, Ermitage St. Petersbourg, détail, et le masque Shira Punu du Gabon, inspirant Matisse pour ce tableau

Pablo Picasso
(1881-1973) avait découvert la sculpture africaine dans l’atelier d’Henri Matisse. Celui-ci avait mis dans la main de Picasso une statue en bois noir dont il ne s’en était plus séparé de toute la soirée. Le lendemain Picasso fait de nombreux dessins de têtes de femmes avec un seul œil ou un nez très long.
Picasso fut le premier à avoir su profiter de toute la charge émotive qu'offre l'art africain. Il a commencé à représenter la figure humaine dans une forme de plus en plus géométrique, utilisant la même sensation de force et de puissance qui se dégage des statues et masques africains. Ensuite, il a commencé à tordre les éléments de la même manière que les sculpteurs africains le faisaient depuis longtemps. Il utilise une vision nouvelle de l’espace et du volume, en créant une multiplicité d’angles de vue au sein d’un même tableau, c’est ce qu’on appelle le cubisme.
C’est lui qui a choqué la société avec ses superpositions de masques sur des visages contemporains. Son œuvre « les Demoiselles d’Avignon» de 1907 est désignée comme la première œuvre cubiste et elle a dû faire un grand effet sur le monde de l’art dans le changement de la perception au conceptuel. Sur les visages des femmes, les similarités des masques africaines sont évidentes. Les similarités des visages avec les masques africains sont évidentes : Masque de maladie Pende de la RDC, Musée Royal de l’Afrique, Tervuren et Masque Bobo-Fing, région Étoumbi au Congo-Brazzaville, Musée Barbier- Barbier-Muller, Genève.
Picasso a remarqué que cet art était un art évolué et loin d’être un art dit “primitif” comme ce terme vulgaire pourrait nous le faire croire. Il sera influencé durant sa vie entière par l’art traditionnel, et on peut le dire jusqu’à son dernier autoportrait avant sa mort, le 8 avril 1973.


Céline DISERENS
Rédigé le Mercredi 15 Mai 2013 à 12:30 | Lu 5190 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Jeudi 18 Février 2016 - 13:20 LES NOUVEAUX VISAGES PÂLES

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival




MOKÉ TV

    Aucun événement à cette date.









App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube






Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube