Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Ecclésiate Lemba et Le Prince du Ghetto

A seulement 20 ans, Ecclésiaste Lemba est le plus jeune français, originaire de la RDC, à avoir fait un film en Amérique du Nord. Acteur principal du film "Le Prince du Ghetto", dont il est aussi le scénariste et producteur, Il n'a pas lésiné sur les moyens, pour parcourir des kilomètres, loin de sa famille, à la recherche des preuves tangibles sur le quotidien des « Crips » et des « Bloods », des gangs qui terrorisent le Canada. Un banditisme accru qui n’est malheureusement pas sans conséquences. Le Prince du Ghetto s’adresse particulièrement aux jeunes délinquants, qui pratique la violence comme moyen de réussite dans la vie. « C’est une façon pour moi de sensibiliser les jeunes en général, de passer mon message sur ce fléaux qui les touche. Dans cet entretien, Ecclésiaste Lemba nous parle du tournage et de son expédition dans l’univers des gangs authentiques.


Je suis déterminé à me faire un grand nom dans le milieu cinématographique, c'est un rêve de gosse!

Ecclésiate Lemba
Ecclésiate Lemba
Qui est Ecclésiaste Lemba et quel est son parcours?

Je suis né un lundi, le 17 février 1992 à Paris 13ème et j’ai grandit dans la banlieue des Mureaux, dans les Yvelines. Je suis originaire de la République Démocratique du Congo, l’ancien Congo-Belge ou Zaïre.
Je n’ai pas du tout le même parcours que Denzel Washington ou Eddy Murphy, mais j’ai débuté dans le milieu du showbiz en 2008. Lorsque j’étais au Collège, j’avais effectué mon stage de 3ème à France 2, l’opportunité m’était alors offerte de me prendre en photo avec des stars, ce fut la naissance d’une passion. Je me prenais en photos avec toutes les personnalités de renommé mondiale, des journalistes, des footballeurs, des cinéastes, des rappeurs, des hommes politiques, des animateurs télés, des stars de télé-réalité… J’avais des photos avec plus de 300 stars en l’espace d’un an à peine. Avec ces images aux côtés des célébrités, j’avais crée le buzz sur le net avec mon blog, où les j’exposais. Je passais dans les journaux, les magazines, je me faisais inviter dans les chaines de radios et télévisions pour parler de ce qui était devenu une ferveur. En fin 2010, je pris la décision d’arrêter de fréquenter le milieu de la Jet7 pour me lancer dans le milieu cinématographique, en commençant par des petits courts métrages puis en début d’année 2011, avec l’écriture du scénario de mon film Le Prince du Ghetto. Voilà ma petite histoire, celle qui a fait de moi ce que je suis à présent, un grand jeune homme de 20 ans très respecté.

D’où vous est venue l’idée de faire le Prince du Ghetto, quel intérêt représente t-il pour vous?

Depuis mon plus jeune âge aussi, j’ai toujours été attiré par le cinéma nord-américain en particulier, grâce aux films de gangsta comme : New Jack City avec Wesley Snipes, American Gangsta Hot Boys avec Master-P ou encore Menace Society II.
L’idée de faire ce film m’est venu en fin d’année 2010. A l’époque j’avais commencé l’écriture du scénario du film, car je suivais pas mal de documentaire sur le fléau de la guerre des gangs de rue qu’il y a en Amérique du Nord, au sein de la communauté des noirs depuis les années 70, ça m’a beaucoup marqué. L’intérêt qu’il représente pour moi est d’abord personnel, réaliser un rêve de gosse, puis apporter ma contribution à la sensibilisation des jeunes par le cinéma.

Parlez-nous un peu de votre film, le casting, les conditions de tournage et le budget?

Je cherche dans un premier temps à sensibiliser les jeunes issus des banlieues, ghettos, quartiers difficiles sur les inconvénients du milieu des gangs, en leur montrant le revers de la médaille. Lorsque tu rentres dans un gang, tu pars vers un mauvais chemin, celui des ténèbres où il n’y a que deux issues : soit la mort ou la prison.
En ce qui concerne le casting des acteurs, il s’est fait en grande partie sur le réseau social Facebook. Le reste des acteurs et actrices ont été contacté par les amis des amis, puis aussi, grâce au bouche à oreille dans les ghettos de Montréal, ça va très vite croyez moi!
Le Prince du Ghetto a été tourné essentiellement dans la ville de Montréal au Canada. Le thème principal s’articule autour des gangs de rue des ghettos montréalais. Les acteurs sont des jeunes gangsters jamaïquains, haïtiens, congolais, dominicains, afro-américains pour la plupart.
70% d’entre eux sont des anciens membres des gangs appelés des « Crips » ou encore des « Bloods ». Nous avons voulu engager des acteurs qui ont grandi dans ce milieu difficile des gangs de rue et des mafias. Ce choix a été fait pour que notre film soit le plus crédible possible et plus proche de la réalité.
Quant au budget total du film, il est de 8 000 euros, l’équivalent de 12 000 dollars canadien. Le film a été en grande partie financé par moi-même, avec l’aide de mon coproducteur congolais Dicaprio Bwabwa. Le Prince du Ghetto est 100% indépendant, on a reçu aucune aide venant institution ou d’une production, on s’est débrouillé tout seul avec nos propres économies pour réaliser ce super film. Nous en sommes très fier toute l’équipe du tournage et moi-même! De plus, il a été tourné à 100% comme je le souhaitais, dans des bonnes conditions dans les temps, avec le talent de mon réalisateur canadien Jason Careau Hamel. Il a fait un excellent montage du film dont je suis fier, avec une touche hyper professionnelle. Les gens qui ont vus le film ont l’impression que tournage qui frise un budget hollywoodien, alors que nous l’avons fait avec un misérable budget de 8 000 euros à peine !

Pourquoi avoir choisi le Canada alors que vous vivez en France où les actes de banditisme sont aussi fréquents?

Oui, je suis d’accord avec vous, il y a bien des actes de banditismes ici en France, mais on ne peut pas comparer l’incomparable, les gangs de rue du Canada et des Etats-Unis sont beaucoup plus violent que les bandes organisées d’ici… Là-bas en Amérique, ils n’hésitent pas à tuer, tirer avec des armes de guerre comme des M16, AK-47 sur la voie publique.
Mais nous n’avons pas rencontré des difficultés car tout est planifier et préparer à l’avance, mis à part, une fois lorsque nous avons dû tourner une scène avec des armes de guerre, sans avoir prévenu les voisins qu’il s’agissait d’un film, les voisins avaient appelé la police pensant à une vraie fusillade, et il y a eu l’arrivé d’une dizaine de policiers, mais on leur avait bien expliquer que c’était un tournage de film et non une réel fusillade ! Lol

Quels sont selon vous, les éléments les plus solides sur le travail réalisé?

Pour mon premier film, je faisais trois choses à la fois, j’étais non seulement le producteur mais aussi, le scénariste et l’acteur principal. Je peux dire que c’était une grosse expérience pour moi un très grand défit que j’ai relevé, j’en suis heureux et très réconforté. Grâce à ce film, je me suis découverte des talents et des dons cachés, j’ai vu que j’étais une personne très dynamique, énergique, patient surtout quand je trouvais la force d’attendre parfois les acteurs qui venaient avec 4 heures de retard au tournage, j’ai vu aussi en moi une force, un charisme, une bonne vision du cinéma…

Le prince du Ghetto a connu son avant première, quelle appréciation a-t-il reçu des spectateurs ?

Oui, effectivement l’avant-première de mon film a eu lieu le mois passé, exactement le vendredi 23 Mars 2012 au Cinéma des Mureaux. La plupart des spectateurs ont aimé le film, ils ont aussi compris le message livré par le Prince du Ghetto. La critique récurrente était sur celle sur la durée du film, 2 heures et 26 minutes (lol), je suis conscient que c’est très énorme, mais mon réalisateur Jason Careau Hamel, travaille actuellement sur la version finale du film avec une durée convenable.

A quand la sortir en grande salle?

Je ne sais pas, tout dépend de la réponse du distributeur enfin si j’en trouve un! Je suis toujours à la recherche d’un distributeur en France, pour le projeter dans les salles de cinéma. J’espère en trouver un dans les semaines ou mois à venir. Mais, au cas où je ne trouve pas de distributeur dans l’immédiat, j’ai prévu un plan B, je vais le commercialiser dans les Fnac, Virgin, carrefour, espace culturelles Leclerc, Saturn… sinon je le mettrai en vente sur iTunes et pourquoi pas j’essaierais de m’arranger avec certaines chaines de télévision pour le faire diffuser sur le petit écran.

Ecclésiaste Lemba n’est pas encore très connu dans le milieu du cinéma. Comment comptez-vous faire votre entrée dans la cours des grands?

Je suis déterminé à 200 %, pour me faire un nom dans le milieu cinématographique. La cours des grands va bientôt s’ouvrir à moi, je compte sur mes capacités à pouvoir réaliser tout ce que je veux, tout ce que j’envisage.

Tout ce que vous envisagez, comme vivre à l’image du Prince du Ghetto peut-être ?

(Lol) Je pense que dans la vie il faut surtout faire la part des choses, parfois entre le travail, sa vie d’artiste, les amis, la famille, la santé et l’esprit, il faut savoir jongler. Mais avant tout, il y a un temps pour toute chose comme cela est écrit dans la bible. Rester humble c’est très important malgré mon succès je le reste toujours. C’est sûr que vivre comme « Le Prince du Ghetto » c’est tentant, mais un jour ou l’autre on fini soit dans un cercueil, soit en prison au fond d’une cellule à regretter les actes commis. Etre en liberté est la meilleure des choses pour profiter de la vie au maximum et sans faire de bêtises.

La sensibilisation par le cinéma semble être votre chemin de bataille, à quand le prochain projet et avec sujet?

Je ferais d’autres films c’est certain, mais je ne peux pas vous dire quand exactement. Pour le moment, l’heure est la dégustation du film qui est sur le plateau : Le Prince du Ghetto !

Lauryathe Bikouta
Rédigé le Dimanche 8 Avril 2012 à 01:57 | Lu 597 fois | 2 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mercredi 24 Mai 2017 - 23:55 KIRIPI KATEMBO

Jeudi 28 Juillet 2016 - 23:31 LES CALEBASSES BRISÉES

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival



MOKÉ TV

    Aucun événement à cette date.









App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube






Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube