Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

1939-1945 l’amnésie républicaine

Quand l’Afrique libérait la France

L’énorme contribution africaine à la Libération française du joug nazi en 1945 est tellement patente à la lumière des faits historiques avérés que l’on est fondé à penser que sans les Africains aux côtés d’une France hésitante à se soulever, probablement l’hexagone parlerait-il aujourd’hui allemand ou anglais…Exhumons cet oubli savamment entretenu.


1939-1945 l’amnésie républicaine
Le général de Gaulle reconnaissait volontiers : "Le territoire du Tchad a donné le signal du redressement de l’Empire tout entier". On peut dire qu’il savait de quoi il parlait. Tout au long de l’occupation allemande l’Afrique est le porte drapeau de la résistance. En 1940, ce sont les territoires d’Afrique Equatoriale Française -AEF- et du Cameroun qui les premiers répondent à l’appel de de Gaulle qu’ils accueillent alors que les Français sous Pétain s’insèrent dans la collaboration. Une page mémorable d’héroïsme et de sens du sacrifice en résistance est écrite par les Tirailleurs du 25e RTS, jeunes Guinéens en majorité qui s'opposèrent à l'entrée des Allemands en région lyonnaise, entre le 17 et 23 juin 1940. La Wehrmacht commet les 19 et 20 juin ses premiers crimes contre l’humanité sur des Noirs dont beaucoup seront fait prisonniers, enfermés dans des camps de travail au service de l'effort de guerre allemand, en métropole ou outre-Rhin. Qui se souvient que les premières atrocités de cette guerre touchent des Africains ?

La France libre n’a pas de territoire, n’existe pour ainsi dire pas sinon à l’état clandestin, réfugiée à Londres. C’est le territoire africain, Brazzaville qui devient la capitale de la France Libre dès 1940, donnant une assise et une représentation territoriale internationale à la résistance.

En 1944, les Africains ne représentaient pas moins de la moitié des troupes ayant débarqué en Provence. Environ 40 % des soldats d'AOF et d'AEF engagés en 1939-1940 trouvèrent la mort alors que le taux de mortalité des combattants "Français de France" ne fut que de 3 %... L’armée française décidait néanmoins de blanchir ses troupes en intégrant, au détriment des courageux soldats Africains des résistants qui n’avaient pas combattu, et qui allaient parader et recevoir les honneurs de la patrie reconnaissante…

Les territoires Africains allaient approvisionner l’armée et la résistance en denrées alimentaires, matières premières, caoutchouc, coton, zinc, plomb, or…Ces matières premières constituaient un financement de l’effort de guerre français, et représentaient une garantie pour le compte de la France Libre qui négociait des soutiens pécuniaires auprès des autorités britanniques. Pendant ce temps des usines pour la fabrication d’uniformes et d’armements tournaient dans les deux Congo.

Sans nul doute, l’Afrique donnait son sang pour la libération de la France, elle finançait aussi et la résistance et la guerre, ce que la France métropolitaine blanche n’aurait de toutes façons pas pu réaliser.

Le salaire de ce sacrifice et la contribution essentielle à la libération de la France ne devait pas tarder à échoir dans l’escarcelle des soldats africains. Dès l’incorporation des Africains des discriminations de toutes sortes apparaissaient : ségrégation et moindre qualité de l’alimentation, lenteur dans l’avancement, commandement des rares officiers africains par des blancs moins gradés… et surtout différence de traitement pour les pensions. Le terme inventé pour désigner une discrimination raciale dans les pensions des anciens combattants blancs et noirs fut le terme de cristallisation, indiquant sans le dire que la pension des Africains qui avaient versé leur sang au combat et vidé leurs pays de ressources précieuses, seraient moindres que celles de leurs collègues blancs !

Le 1er décembre 1944, au camp de Thiaroye près de Dakar, 1280 Africains démobilisés manifestent pacifiquement leur impatience devant les promesses matérielles non tenues. Au petit matin chars et mitrailleuses français massacrent des Africains de retour de leurs héroïques combats pour libérer ..la France ! Plus de 200 morts…Et la répression continuait de suivre les anciens combattants africains, soupçonnés de pouvoir servir de force d’appoint aux nationalistes et anti-colonialistes africains. Des crimes odieux devaient encore être commis pendant la colonisation, et la décolonisation contre ces hommes et peuples qui avaient libéré la patrie des droits de l’homme.

La France doit sans nul doute sa libération à l’Afrique, en grande partie si ce n’est essentiellement, ceci n’est pas pour nier les résistances réelles mais tardives des Français, lesquelles dans les conditions de 1939-45 n’auraient pas permis à la France de se passer du soutien africain. Il n’est pas difficile de juger du prix accordé aujourd’hui à cet épisode périlleux de l’existence de la France, de sa place réelle et véridique dans les manuels d’histoire…

Attention, comme disait le philosophe allemand, tout ce qui est devient, et tout ce qui devient revient. A bon entendeur salut !

[afrikara.com]URL:http://www.afrikara.com

Pierre Prêche / Afrikara.com
Rédigé le Mercredi 9 Juin 2004 à 00:00 | Lu 3051 commentaire(s)





1.Posté par pascaline Bayonne Kisibu le 30/04/2007 19:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour, pourriez vous m'aider les coordonnées d'enregistrement de mon défunt papa, qui fut ancien combattant congolais de la deuxième guerre mondiale originaire du congo kinshasa, et dont la pension largent de la retraite sort à bangui, son nom est monsieur Bayonne Marc Kisibu


À lire aussi :
< >

Vendredi 16 Décembre 2016 - 17:10 PATRICIA ESSONG

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS



MOKÉ TV

    Aucun événement à cette date.









App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube






Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube