Connectez-vous
BASANGO
À LA UNE

"Racines", un remake événementiel

C'est l'un des plus gros succès télé de tous les temps, il a eu un impact social sans précédent aux États-Unis. Le remake de Racines, fresque historique retraçant la vie de Kunta Kinté d'après le roman éponyme Roots : The Saga of An American Family d'Alex Haley (Prix Pulitzer), mais intégrant de nouveaux éléments historiques, débarque.


Roots : un choc télévisuel en 1970

L'idée d'un tel projet est née en 2013. Mais, dans le flot continu des remakes de films ou de séries, difficile de créer une oeuvre nouvelle et originale. D'autant plus que la mini-série mythique diffusée en janvier 1977 sur ABC porte un lourd passif. N'oublions pas que c'était la première fois que l'histoire des Afro-Américains était racontée sans tabou, à partir de la capture d'un guerrier gambien, Kunta Kinté, enchaîné dans les plantations de Virginie jusqu'au destin de ses descendants après la guerre de Sécession, soit du continent africain jusque dans les plantations où l'esclavage fait rage.
Roots, c'est aussi un choc visuel, avec des scènes violentes de réalisme pour une télé grand public à l'époque. La mini-série a été découpée en huit épisodes. Un par jour et sans aucune publicité. Signe que le diffuseur n'avait pas vu venir le phénomène. Mais c'est l'effet inverse qui s'est produit. Roots (Racines en France à partir de 1978) a remporté neuf Emmy Awards et détient toujours la troisième meilleure audience de tous les temps à la télévision américaine pour un épisode de série, avec plus de 100 millions de téléspectateurs et 75 % de part d'audience pour le final. On comprend alors que les scénaristes et créateurs aient eu, 40 ans plus tard, du mal à mettre le projet sur de bons rails avant deux bonnes années. C'est désormais chose faite.

Le Point Afrique
16/01/2017

INSIDE
HEM'SEY MINA

A Lire

HEM'SEY MINA

Republic of the Congo: Breaking the Boundaries

Life Style

Republic of the Congo: Breaking the Boundaries

Le monde entier célèbre Halloween.

Life Style

Le monde entier célèbre Halloween.

Petit Piment, d’Alain Mabanckou,  éd. du Seuil, 288 pages,  18,50 € à paraître le 20 août

A Lire

Les incontournables de la rentrée littéraire afro

Syssi Mananga

A Ecouter

Syssi Mananga

L'Anté-peuple

A Lire

L'Anté-peuple

Tété-Michel Kpomassie

A Lire

Tété-Michel Kpomassie

L'Abbé Fulbert Youlou © AFP

Mémoires

La Fabrique des barbouzes »



Monna Mokoena

Seul galeriste africain noir d’envergure internationale

Bien implanté à Johannesburg depuis treize ans avec sa galerie d’art contemporain Momo, le Sud-Africain veut désormais conquérir le monde.

Monna Mokoena
Le galeriste sud-africain Monna Mokoena n’est pas peu fier de son parcours, qui l’a conduit du township de Soweto au quartier bobo chic de Parktown North, à Johannesburg. Pas peu fier d’être le seul galeriste africain noir d’envergure internationale.
Son histoire, il la raconte à coups d’ellipses et de coq-à-l’âne. Issus d’une famille de propriétaires terriens, ses parents se voient forcés de s’implanter dans les années 1960 à Soweto. Le petit Monna a 4 ans en 1976 lorsque la révolte explose dans le township. Adulte, il dévorera les auteurs africains, se passionnant pour la figure de Patrice Lumumba et de Steve Biko, cofondateur du Mouvement de la conscience noire.

Si Monna Mokoena a quitté le township à l’âge de 18 ans, il mesure le chemin parcouru par ses pairs pour conquérir leur liberté. Et celui qu’il reste pour consolider la confiance. « Les Noirs sont aujourd’hui déboussolés, regrette-t-il. Ils ont été marginalisés, laissés sur les bas-côtés des grandes conversations. Il faut qu’ils s’acceptent ce qu’ils sont, qu’ils en soient fiers. En Afrique du Sud, ils ne réalisent pas qu’ils sont libres, ils ne se rendent pas compte qu’ils tiennent ce pays. » Lui-même a mis du temps à se trouver. Quand il migre au Cap, les options étaient alors limitées : « Devenir avocat pour défendre nos droits, ou médecin pour servir la communauté. »

Par Roxana Azimi
16/01/2017

Donald Glover (à droite) est le héros et le créateur de la série Atlanta, diffusée depuis le 6 septembre sur FX Networks. Matthias Clamer/FX

Mots d'ailleurs

Série. “Atlanta” :

The blazing success of Yaa Gyasi's "Homegoing"

Coup de coeur

Yaa Gyasi, écrivaine:

La jeune troupe qui joue dans la pièce "La fuite" de Driss Homet. © DR

Mots d'ailleurs

Driss Homet

 Alain Mabanckou à Paris, le 6 juillet 2015 © JOEL SAGET/AFP

Coup de coeur

Alain Mabanckou

Spirita Nanda © DR

Coup de coeur

Spirita NANDA

Nadeen Mateky © benseg

Coup de coeur

Nadeen Mateky

John Akomfrah

Coup de coeur

John Akomfrah

Henri Lopes

Coup de coeur

Henri Lopes

Ouattara Watts

Coup de coeur

Ouattara Watts

El Anatsui © DR

Coup de coeur

El Anatsui

Moise Katumbi Chapwe, gouverneur du Katanga  © DH.BE.

Histoire de...

RD Congo

Compagnie Germaine Acogny Songook Yaakar © Michel Cavalca

Coup de coeur

Germaine Acogny

Alain Mabanckou

Histoire de...

Alain Mabanckou

Helmie Bellini

Coup de coeur

HELMIE BELLINI

VAN ANDREA

Coup de coeur

VAN ANDREA

Le 1er Festival Alphabet Africa

Histoire de...

Le 1er Festival Alphabet Africa


L’assassinat de Patrice Lumumba

LE DOS AU VENT

Le 17 janvier 1961, Patrice Lumumba est assassiné. Il est entré depuis dans l’histoire de l’Afrique comme héros national du Congo.

L’assassinat de Patrice Lumumba
Un homme marche à pas de géant.
Dans sa tête qui frole le ciel
se bousculent 300 ans de songe de liberté d’un peuple en cage.
Un homme marche droit.
Sous ses pas se dessine, émerge la terre promise : un Congo uni.
Partout la voix martelée et volontaire, le regard direct et sourire amical ou ironique,
il pose la même question : “ Congo a qui appartiens-tu ? “
Un homme marche.
Et à travgers sa route se dressent des rois étrangers qui dévorent goulûment des Congos de diamant et de cuivre, des Congos de bauxite et d’uranium.
Un homme marche.
Et à travers sa route se dressent des nègres vendeurs de nègres, des sergents colonels.
Par dollars ou par balles il faut arrêter cet homme, chuchotent-ils.
Sa mystique pourrait traverser les frontières, les océans.
Un homme marche en communion avec son peuple.
Il n’est plus achetable.
Si ce n’est par dollars alors ça sera par balles.
Du côté de Katanga, siège de la compagnie minière belge UMHK
s’est arrêtée la marche d’un homme.
Il s’appelait Patrice Lumumba.
Il est mort le dos au vent.


Par David Gakunzi
14/01/2004

INSIDE
L'Abbé Fulbert Youlou © AFP

Mémoires

La Fabrique des barbouzes »

Djenné

Mémoires

Djenné

Le Code Noir

Mémoires

Léandre Sahiri

Grand Kallé

Mémoires

Joseph Kabassélé disparaissait il y a 25 ans

Raphaël Carrera

Mémoires

Raphaël Carrera

Le chevalier de Saint-Georges

Mémoires

Le chevalier de Saint-Georges

Radama 1er

Mémoires

Radama 1er(1820-1828)

Olaudah Equiano

Mémoires

Olaudah Equiano l’Africain

visage enfant

Mémoires

Afro-Colombiens

Tontons macoutes

Mémoires

Tontons Macoutes

Aline Sitoe Diatta

Mémoires

Aline Sitoe Diatta

Funérailles du roi Ashanti Opuku II

Mémoires

Le roi Ghana

Bilal

Mémoires

Bilal

mentouhotep II

Mémoires

Février Mois de l’Histoire Nègre

Kimpa Vita

Mémoires

Kimpa Vita 1684-1706

Watts

Mémoires

Watts

Sandra Laing and her mother

Mémoires

Sandra Laing

Amnésie et Négation

Mémoires

Amnésie et Négation


À LA UNE

Bernard Dadié

Cent ans de négritude

Hommage à l’auteur ivoirien d’« Un Nègre à Paris », toujours bien vivant, et qui vient de fêter son siècle de combats littéraires et politiques.

Bernard Dadié
Au Japon, il serait sans doute un trésor vivant. En Côte d’ivoire, son nom vient d’être donné à une rue d’Abidjan. Le poète, conteur, romancier et dramaturge ivoirien Bernard Dadié a eu cent ans.
Né en 1916 à Assinie, au sud-est de la Côte d’Ivoire, sa carrière littéraire a commencé très tôt. Sa première pièce, Les Villes, jouée par les élèves de l’Ecole primaire supérieure lors de la Fête de l’enfance à Abidjan en 1934, permet de considérer le jeune étudiant de 18 ans comme le premier dramaturge africain d’expression française. Ecrite à l’occasion du transfert de la capitale de Bingerville à Abidjan, Les Villes est un dialogue entre les deux anciennes capitales et la nouvelle. En 1937, sa deuxième pièce, Assémien Dehylé, roi du Sanwi est jouée à Paris au Théâtre des Champs-Elysées. On pourrait imaginer débuts plus obscurs et plus laborieux.

Vagabondages d’un faux naïf
Il faudra pourtant attendre trois décennies pour une nouvelle reconnaissance internationale et non des moindres. Quatre de ses pièces, Monsieur Thogo-Gnini, Béatrice du Congo, Les Voix dans le vent, Iles de tempête seront jouées à l’occasion de manifestations culturelles de grande envergure, au Théâtre des nations à Paris (aujourd’hui Théâtre de la Ville), au Festival panafricain d’Alger en 1969, au Festival d’Avignon en 1971 ou encore au Festival de la jeunesse francophone à Montréal en 1974.
Entre-temps, présent lors de la création de la revue Présence africaine en 1947, il a collaboré au premier numéro et privilégié la poésie avec un premier recueil, Afrique debout !, publié en 1950 par Pierre Seghers, dans lequel il dénonce l’oppression coloniale et suggère des lendemains plus… indépendants ; puis un deuxième recueil La Ronde des jours avec son poème demeuré célèbre, « Je vous remercie mon Dieu de m’avoir créé Noir »….

Par Bernard Magnier
16/01/2017

INSIDE

L'OEIL DE BASANGO

Les Garifunas

YURUMEIN (Our Homeland): A Film About Garifuna Cultural Renaissance on St. Vincent

L'OEIL DE BASANGO

Papa Wemba

Papa Wemba © DR

L'OEIL DE BASANGO

LE CINÉMA AU CONGO

Wilfrid Massamba, Directeur du Moké film festival © MFF 2016

L'OEIL DE BASANGO

Papa Wemba

Papa Wemba, en août 2014, lors d'un concert à Nairobi. © AFP/Tony Karumba

L'OEIL DE BASANGO

Prince

Prince

L'OEIL DE BASANGO

MaameYaa Boafo

MaameYaa Boafo © Studio Eveliz by Eveliz and Tony Prince Tomety

L'OEIL DE BASANGO

UN TRAVAIL DE TITAN

Pousse-pousseur à Brazzaville © Wilfrid Massamba

L'OEIL DE BASANGO

Nelson Mandela, l'Africain du XXe siècle

Madiba, Nelson Mandela, un homme de convictions avec une vision politique, une icône pour la démocratie

L'OEIL DE BASANGO

Nelson Mandela, l'Africain du XXe siècle

Nelson Mandela, Winnie Mandela - une image de joie du couple Mandela le jour de la libération de Mandela de prison

L'OEIL DE BASANGO

Nelson Mandela, l'Africain du XXe siècle

Nelson Mandela à Robben Island, à une date non déterminée. © IDAF

L'OEIL DE BASANGO

Nelson Mandela, l'Africain du XXe siècle

Les membres de l'ANC arrivent à leur procès sous les acclamations de leurs partisans. © Photo

L'OEIL DE BASANGO

Nelson Mandela, l'Africain du XXe siècle

Nelson Mandela, l'Africain du XXe siècle

L'OEIL DE BASANGO

«Nelson Mandela, l'Africain du XXe siècle»

Au tribunal de Johannesburg, en 1952, à la suite d'une campagne de désobéissance civique. © Eli Weinberg/IDAF/JA

L'OEIL DE BASANGO

Nelson Mandela, l'Africain du XXe siècle

Photo non datée de Nelson Mandela dans sa jeunesse. © DR

L'OEIL DE BASANGO

Au Congo

Hassim Tall Boukambou. CRÉDITS : DR


À LA UNE

SAPOLOGIE

Un film documentaire de Wilfrid Massamba

Le film SAPOLOGIE nous montre l’autre face de la SAPE, celle vue par un artiste plasticien dont le graphisme puéril et innocent nous fait entrer dans un univers insolite auquel se livrent les Sapeurs. Le résultat est comme une fresque brossée non sans une pointe de cynisme de la société congolaise contemporaine.

Il y a deux façons de comprendre la SAPOLOGIE. D’un côté il y a la SAPE façon Kinshasa qui est spectaculaire, extravertie et théâtrale. On se croirait en plein opéra baroque. De l’autre côté la SAPE façon Brazzaville plus classique, bureaucratique et conformiste il s’agit de l’élégance à l’anglaise. Cela explique les différences de comportements vestimentaires des deux Congo. La SAPOLOGIE est un mouvement culturel et artistique basé sur le respect et la tolérance. Ce mouvement artistique mêle l’harmonie, le sérieux et l’esthétisme à un travail autour de l’expression corporelle, de la canalisation de la colère, de la création et de l’innovation. La SAPE et la Rumba sont deux façons de s’exprimer. La première est plus qu’une manière d’être, c’est une philosophie, une transfiguration du corps en œuvre d’art. La seconde, notre rumba n’est pas qu’invitation à la danse ; elle est aussi poésie par ses mots, des mots d’amour, de joie, d’exaltation de la patrie et de l’Afrique.


WILFRID MASSAMBA
01/07/2016

Sandy Mayetela

ÉCONOMIE

Sandy Mayetela

Port Autonome de Pointe-Noire, terminal à conteneurs © Wilfrid Massamba

ÉCONOMIE

Congo

Claudio Descalzi le PDG du groupe eni au palais du Quirinal, à Rome, en 2014. © LUIGI MISTRULLI/SIPA

ÉCONOMIE

Claudio Descalzi

Plateforme Maersk Deliver du champ Lianzi  © Wilfrid Massamba

ÉCONOMIE

Congo

Comilog

ÉCONOMIE

Comilog

Vos campagnes d'e-mailing

ÉCONOMIE

Vos campagnes d'e-mailing

Lionel Zinsou

ÉCONOMIE

Lionel Zinsou

L'entrée de South By SouthWest, à Austin (Texas).© Samir Abdelkrim

ÉCONOMIE

South by SouthWest

Africa CEO Forum

ÉCONOMIE

Africa CEO Forum

Tidjane Thiam

ÉCONOMIE

Tidjane Thiam

elikia mokè, le téléphone low cost de VMK

ÉCONOMIE

Smartphones

Vérone Mankou

ÉCONOMIE

Vérone Mankou

Mobile banking

ÉCONOMIE

Mobile banking

Congo

ÉCONOMIE

Congo



MOKÉ TV

    Aucun événement à cette date.









App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube






Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube